Everton : Les Toffees ont faim

La classe à Dallas

La classe à Dallas

On continue notre petit tour d’horizon des clubs de Premier League. Aujourd’hui, ce sont les Toffees d’Everton qui vont être au centre de l’attention. Roberto Martinez a repris le club à l’été 2013 et le club n’a cesser de progresser depuis lors. Everton grappille des places au classement d’année en année pour finalement terminer à la 5e place l’année passée. Everton peut-il passer l’échelon supérieur ? C’est ce que nous allons essayer de savoir.

Pour en parler, Loïc, supérieur assidu des Toffees, a accepté de répondre à nos questions. Il tient depuis 1 an et demi le compte @FrenchToffees sur Twitter où il vous tiendra au courant de tout ce qui touche de près ou de loin à Everton.

Beaucoup d’éléments de l’effectif étaient des joueurs prêtés la saison passée. Cela va-t-il se ressentir cette année selon toi ?

Pas forcément, puisque nous sommes parvenus à faire signer Barry et Lukaku. C’est dommage de ne pas avoir pu conserver Deulofeu, mais aucune option d’achat n’était incluse dans le prêt donc on s’y était préparé au préalable. Certaines rumeurs de prolongation de prêt ont commencé à s’éparpiller sur le net au printemps dernier, mais on savait très bien que ça n’allait pas pouvoir se faire, car le Barça a toujours souhaité le récupérer en juin. On a participé à son développement et c’est plutôt une bonne chose car il a réalisé une très bonne saison chez nous, et c’est ce qu’on gardera en mémoire. Je ne m’étendrai pas sur le cas Traoré, blessé une grande partie de la saison et que vous n’avons quasiment pas vu sous le maillot Bleu, et c’est bien dommage.

Il manque cependant un ou deux éléments au niveau de la défense. On a vu la saison passée qu’en cas de pépins physiques ou de coup de moins bien venant de certains joueurs, on était un peu juste en termes de possibilités.

Barry a été signé libre de tout contrat. Lukaku acheté définitivement. Atsu en prêt. Besic recruté. Que penses-tu de ce recrutement ? Quel(s) poste(s) reste(nt) malgré tout à pourvoir ? Penses-tu qu’ils le seront ? Dans le cas contraire, l’effectif est-il assez fourni ?

Dans la mesure où Gareth Barry et Romelu Lukaku ont été deux de nos principaux atouts la saison passée, il est évident qu’on ne peut être que satisfaits de ces deux signatures. Ce dernier est resté en contact avec le staff et une majorité de joueurs d’Everton avant, pendant et après le Mondial. Nous n’étions sûrs de rien mais restions intimement persuadés qu’il allait poser le stylo sur le papier une seconde fois.

Concernant les nouvelles recrues, je connaissais – comme pas mal de gens – Besic depuis cet été seulement, depuis son Mondial plus que satisfaisant. Quand j’ai su que Roberto Martinez le suivait depuis quelques mois déjà, je me suis mis à rechercher son nom sur le net (histoire de rattraper mon retard sur ses performances dans le championnat hongrois), et je suis tombé sur quelques phases d’attaque plutôt surprenantes. C’est un joueur technique et agile, qui correspond à peu près (pour ne pas dire complètement) à notre façon de voir le jeu. Et ça n’a pas loupé, Besic a impressionné lors de son premier match en amical avec les Blues. Un peu trop fougueux et énervé sur le terrain face à Paderborn, il a montré qu’il savait se montrer agressif, un peu trop. Beaucoup de qualités donc, même s’il doit faire attention sur ce dernier point. Concernant Atsu, là aussi, Martinez le voulait absolument et on lisait ce nom un peu partout depuis plusieurs mois à Everton. Très bon avec le Ghana et la saison passée à Arnhem, je ne peux qu’être satisfait.

Il manque cependant un ou deux éléments au niveau de la défense. On a vu la saison passée qu’en cas de pépins physiques ou de coup de moins bien venant de certains joueurs, on était un peu juste en termes de possibilités. Même si quelques jeunes ont montré de très jolies choses lors de l’intersaison, je pense effectivement que nous aurions besoin d’un défenseur central qui puisse dépanner à droite car Hibbert commence à avoir un peu de mal à doubler Coleman. Ensuite, je ne suis pas contre une nouvelle option offensive, mais l’urgence n’est pas la même.

L’arrivée de Roberto Martinez a coïncidé avec l’excellente saison d’Everton. Quel impact a-t-il eu au club ? Quelles sont ses forces ?

Moyes a installé une certaine base sur le jeu d’Everton, ce n’était donc pas si simple de prendre son relai. Martinez a su rajouter les bons ingrédients à cette base. Un peu bête à dire, mais sa culture de jeu espagnole n’est pas étrangère à sa période à Wigan. Il aime le collectif, le jeu offensif, et ça nous a plutôt réussi ces derniers mois.

Quel sera selon toi le onze « titulaire » d’Everton cette saison ? Sera-t-il supérieur qualitativement à celui du précédent épisode ?

Howard; Baines, Distin, Jagielka, Coleman; Barry, McCarthy; Barkley, Mirallas, McGeady; Lukaku. Possibilité d’inclure Pienaar à gauche. Atsu, Besic et Naismith (voire Osman) auraient aussi leur place dans ce XI type. Ne pas oublier que nous aurons besoin d’un certain turn-over car nous jouerons la Ligue Europa.

Mis à part Deulofeu, nous n’avons perdu aucun joueur important de l’effectif. Nous avons au contraire récupérer certains éléments blessés de longue date comme Pienaar et Gibson. Oviedo et Koné sont aussi sur le point de faire leur retour. À cela s’ajoutent les signatures intelligentes de Roberto. Je pense que nous pouvons nous montrer encore plus dangereux offensivement.

Peux-tu nous parler de Barkley ? Il est vu comme un très grand espoir du foot anglais. Penses-tu qu’il peut continuer de progresser et confirmer son talent cette saison ? (ndlr : à l’écriture de ces quelques lignes, la grave blessure du joueur n’était pas connue. En effet, il pourrait être absent jusqu’à 5 mois)

Pur produit de la maison, Barkley est une des révélations de PL la saison passée. Il est encore très jeune, on a tendance à l’oublier, et je pense en effet qu’il peut encore évoluer. Il s’est montré excellent lors de plusieurs matchs, je ne serais pas surpris, malheureusement pour nous, s’il ne résistait pas aux sirènes de quelques gros clubs européens qui le suivent déjà à la trace. À moins qu’il souhaite rester très longtemps, comme il l’a dit lors de sa récente prolongation, mais bon, le football…

2

Lukaku a été acheté pour près de 30M€ ce qui représente une très grosse somme. Est-ce qu’il les vaut ? Comment le mettre dans les meilleures conditions pour qu’il brille ?

Ce débat ne rime plus à grand-chose dans le football. L’argent est tellement présent qu’on fait semblant d’être étonné lorsqu’un très bon jeune est vendu pour une somme astronomique… Que dire des transferts de certains clubs cet été ? On a vu des sommes bien plus importantes (le double, voire le triple de cette somme-là !). Difficile d’affirmer que tel joueur vaut ou ne vaut pas tel somme d’argent, ça ne veut tellement plus rien dire… Ce que je sais, c’est que même si Everton était à fond sur Lukaku, d’autres clubs souhaitaient également le faire signer. Que fait un club/un entraîneur lorsqu’un jeune est suivi de près par plusieurs clubs ? Il en demande toujours plus, et c’est ce qu’a fait Mourinho.

Pour en venir aux conditions, il a forcément besoin de bons éléments latéraux, et il me semble que c’est le cas chez nous, pour pouvoir briller. Il n’est pas parfait, et reste un jeune joueur, je pense que comme Barkley, c’est un talent en évolution.

Distin a réalisé une saison de haute volée. Avec Jagielka, Everton s’est montré solide. Baines est toujours là malgré les rumeurs de départ et Coleman ne cesse de progresser. Que penses-tu de cette défense ? A-t-elle les armes pour tenir le choc ?

On ne va pas se mentir, cette défense a été l’une des plus solides de PL la saison dernière. Les gars se connaissent par cœur et c’est franchement difficile de faire bouger la hiérarchie en défense. Distin n’est plus tout jeune, mais reste excellent en général. Il nous faudrait cependant préparer l’avenir en piochant dans l’équipe U21, et c’est ce qu’a commencé à faire Roberto Martinez cet été. Cette défense-là peut complètement réitérer les performances de la saison passée, dans la mesure où le staff médical prend un peu plus soin d’elle…

1

Quel est selon toi le secteur le plus fort d’Everton ? Le plus faible ? Et pourquoi ?

Le secteur défensif est pour moi l’atout principal de notre club. En revanche, le souci c’est quand tu as un ou plusieurs joueurs offensifs importants qui se blessent, que tu ne reconnais plus ton équipe, que tu t’ennuies en les regardant. Cela nous est arrivé en fin de saison, quand Arsenal a rattrapé son retard sur nous. J’imagine que ça devient compliqué quand tu ne trouves plus tes automatismes.

Quels sont les jeunes joueurs à suivre cette saison ?

Je pourrais te sortir une bonne dizaine de noms de très bons jeunes qui constituent la fameuse School of Science. Browning, Garbutt, Long, McAleny sont les plus proches de l’équipe première. À la manière de Barkley et Duffy il y a 2-3 saisons, je ne serais pas surpris de les voir grappiller des bouts de match au fil de la saison.

8e en 2010, 7e en 2011 et 2012, 6e en 2013 et 5e en 2014… Si je suis la logique, nous pouvons être prétendants au top 4. Ce serait l’idéal, mais dans la réalité des choses, nous visons le top 5.

A Everton, le collectif semble être la grande force de l’équipe. Que penses-tu de cela ? Peut-on mettre en avant un joueur plus qu’un autre malgré tout ?

Il est vrai que le collectif, que j’ai pointé du doigt un peu plus haut, est certainement notre point fort, notre principale arme. Nous bénéficions de talents en devenir, de très bons jeunes internationaux, et quelques trentenaires gaillards. Lukaku, Barkley, Mirallas, Howard, Baines, Coleman, Jags… Difficile de mettre en avant un unique joueur.

Qu’attends-tu de cette saison ? A quoi Everton peut-il prétendre selon toi ?

8e en 2010, 7e en 2011 et 2012, 6e en 2013 et 5e en 2014… Si je suis la logique, nous pouvons être prétendants au top 4. Ce serait l’idéal, mais dans la réalité des choses, nous visons le top 5. Les grosses écuries du championnat se sont considérablement renforcées, et la prise de poste de van Gaal ne devrait faire que remonter un MU en panique par rapport au précédent exercice. Une 5e place nous réserverait une nouvelle place directe pour l’Europa League, à laquelle nous allons d’ailleurs participer cette saison. J’aimerais beaucoup que les joueurs s’arrachent dans cette compétition. Nous avons été une des « surprises » de PL la saison passée, pourquoi ne pas tenter le coup en Europe ? Notre effectif s’est enrichi, et si nous jouons de la même manière, voire mieux, que la saison passée, alors il n’y a pas de raison de ne pas croire à un top 5.

Bonus My Premier League : que penses-tu de Tim Cahill ?

Un héros, adoré par chaque Evertonian. Il a fait notre bonheur pendant huit saisons et est un peu notre Dieu moderne, à la manière d’Henry à Arsenal.

Je n’oublie pas les légendaires Dixie Dean, Graeme Sharp, Kevin Ratcliffe, Dave Watson, Brian Labone, Howard Kendall… Mais surtout Neville Southall et Duncan Ferguson, qui font partie de l’Histoire d’Everton et de la PL plus généralement.

Jeremy Docteur

Manchester United : en quête de rachat

2

Nous y sommes. La saison de Premier League vient (enfin) de reprendre ses droits. Manchester City remet son titre en jeu pour cet exercice 2014/2015. Après avoir présenté les équipes d’Arsenal, Liverpool et Queens Park Rangers, l’heure est venue de s’attarder sur Manchester United. Les Reds Devils, plus que décevants la saison passée auront à coeur d’effacer de leur mémoire un dénouement désastreux en 2014.

Pour en parler, nous avons avec nous Luke Seafer, rédac chef adjoint d’Horsjeu.net, le site à la limite du footballistiquement correct. Entre autres activités pour le site, il revient chaque semaine, via la Raide et Vile Academy, sur le quotidien et les performances de Manchester United en binôme avec sonacolyte Wayne Boulet : Mauvaise foi, humour borderline, heavy metal et Satan rythment leurs papiers publiés semaine après semaine. Vous pouvez retrouver Luke sur Twitter @Luke_Seafer

Manchester United a recruté plusieurs jeunes joueurs cet été (Herrera, Shaw…) à des prix conséquents. A l’inverse, plusieurs cadres sont partis (Vidic, Evra, Ferdinand…). Penses-tu qu’en termes de qualité intrinsèque, l’effectif soit supérieur à l’année passée ?

Cette saison amorce le vrai virage attendu depuis le départ de Sir Alex Ferguson. Le passage David Moyes a été en quelque sorte un faux départ. Intrinsèquement il est difficile à dire si le niveau de l’effectif a baissé. Les cadres que tu cites n’étaient plus à leur niveau d’antan, malgré quelques sursauts de temps à autres, entrecoupés de blessures et de prestations à la limite du dramatique. Reste que l’on a perdu des mecs qui avaient dans le vestiaire un impact sur le groupe. On laisse quand même filer le capitaine (Vidic) et le vice-capitaine (Evra) et bien sûr, même s’il est désormais la droite de van Gaal, Giggs, le plus grand joueur que United n’ait jamais eu. Donc pour ce qu’ont représenté un jour tous ces joueurs, il est évident que l’on perd quelque chose, un pan de l’histoire du club et que cela risque de se ressentir. Les nouveaux arrivants, Shaw et Herrera sont jeunes et forcément manquent d’expérience au plus haut niveau. Alors l’effectif en terme de vécu, en termes de connaissances des grandes joutes pourrait en pâtir, même si Rooney, Fletcher, van Persie ou Carrick sont là pour combler les pertes et mener le groupe, désormais. Et puis van Gaal qui a dirigé des grandes équipes sera là pour compenser, surtout qu’il adore bosser avec les jeunes… Pour ce qui est des prix payés pour les deux recrues, ils ne me "choquent" pas. Southampton négocie bien, Manchester paie toujours cher des joueurs achetés à des voisins et il faut se dire qu’avec lui on est censé être tranquilles pour 15 ans. Herrera il a fallu payer la clause, c’est comme ça mais au moins on a fini par l’avoir.
Bon, ça commence bien, première question et je ne suis pas foutu d’émettre une réponse claire et concise. Disons que de manière pragmatique, j’imagine que l’effectif baisse en qualité, surtout que tous les départs ne sont pas compensés, mais il y a de quoi rapidement donner une nouvelle dynamique au groupe, surtout que l’on n’a pas l’Europe pour venir nous plomber le calendrier cette saison.

Que penses-tu du départ des trois cadres mentionnés ci-dessus ? Ces trois joueurs ont un jour formé une défense très solide pour Man Utd. A quoi ressemble la défense du club aujourd’hui ?

Les départs des trois joueurs étaient inévitables. A la rigueur, le seul que j’aurais vu faire une saison supplémentaire avec nous, c’est Evra, parce que peu importe ce qu’on a pu lui reprocher à plus ou moins juste titre, il restait un joueur costaud, capable d’enchaîner les matchs. Pour ce qui est de Vidic même s’il montrait des sursauts d’orgueil, l’impact physique de la Premier League ne lui convenait plus. Il a sans doute été à une période le meilleur défenseur du monde, mais ses genoux ont fini par lâcher et malgré toute son implication et son fighting spirit, il lui était difficile de tenir le rythme. Pour Ferdinand c’est comme Vidic… Mais en pire. Il semblait sur la dernière saison complètement à l’ouest, perdu dans son jeu et capable de prendre le bouillon contre n’importe quel joueur qui croisait sa route. Oui, Amalfitano, oui. La faute à des blessures au dos là encore, mais je pense, aussi, à un certain manque d’implication. Je ne remets pas en cause ce qu’il a été pour le club mais à un moment…
Cette défense (et je n’oublie pas Neville qui complétait le carré et qui a su s’arrêter à temps, il faut le rappeler) m’a fait vibrer évidemment et je n’en garderai que des bons souvenirs, malgré les ratés de ces derniers temps. Je ne les remercierai jamais assez en tant que supporter.
Mais du coup, aujourd’hui tout cela laisse un grand vide. Trois sont partis et seul Evra a été "remplacé" par Shaw, et encore, comme Patrice le dit si bien, "ce n’est pas si facile de remplacer Patrice Evra". On a donc aujourd’hui un latéral gauche, le petit Luke, qui vient de se blesser pour un mois, Rafael à droite et au centre, Evans régulier mais sans doute pas assez "doué" pour l’échelon supérieur, Smalling qui peine à confirmer et Jones auquel je crois énormément, qui doit apprendre à se canaliser un peu, même si son côté chien fou me plaît aussi. Voilà, à l’heure actuelle les 5 pros qui, si on se base sur le schéma de van Gaal, vont pourvoir les 5 postes disponibles… Bon… On a vu quelques jeunes sur les matchs de préparation : Michael Keane d’abord, qui promettait de grandes choses il y a deux trois ans, a malheureusement confirmé sa stagnation et s’est montré régulièrement dépassé par les événements… Bon après, stopper un Gareth Bale ne s’apprend pas en 15 minutes… Et puis le second Tyler Blackett, a paru plus "sécurisant" et peut jouer au centre comme à gauche, ce qui n’est pas du luxe. A voir si van Gaal renouvellera sa confiance envers lui. Globalement, ça manque quand même d’expérience, c’est flagrant, mais encore une fois, on se renouvelle cette saison…

Il arrive avec ses idées, il veut un jeu qui presse très haut, une équipe qui joue vite et vers l’avant ce qui faisait terriblement défaut la saison passée : on se contentait de faire tourner la balle et de tenter des centres au troisième poteau.

Selon toi, quel(s) poste(s) restent-ils à pourvoir lors de ce mercato ?

C’est évidemment la défense qu’il faut renforcer. On parle de l’arrivée de Vidal, un vrai running gag, le joueur est très bon, mais je pense que notre milieu de terrain à déjà de quoi se montrer à son avantage… Bon, s’il vient je ne vais pas me plaindre non plus, loin de là. Mais vraiment la défense comme je le disais prévoit cinq postes si l’on se base sur le schéma de van Gaal et l’on a à l’heure actuelle seulement cinq joueurs crédibles pour les postes. Cinq joueurs qui manquent pour certains de talent et surtout ont une propension affolante à se blesser. On ne peut pas imaginer faire une saison solide si l’on n’ajoute pas au moins deux joueurs dans le tas. Hummels est évoqué régulièrement, Rojo aussi. Le premier serait une aubaine, même si à en croire Klopp son transfert est un délire de journalistes. Reste que je continue à y croire, le club semble enclin à lâcher les billets cet été alors sait-on jamais. En tout cas de par son talent et son expérience à très haut niveau il serait parfait. Rojo en revanche a certes fait une belle Coupe du monde alors que personne ne l’avait vu venir, mais rien ne garantit son rendement sur une saison dans un club autrement plus ambitieux et exigeant que le Sporting. Si ça ne coûte pas un bras, pourquoi pas. De toute façon les défenseurs talentueux et polyvalents sur le marché ça ne court pas les rues cet été.
Ah tiens, maintenant que j’y pense, j’ai aussi lu la rumeur Nigel de Jong (bon en même temps tous les joueurs des Pays-Bas ont été annoncés à United cet été) et ça m’a rendu nostalgique de Roy Keane. Un mec qui rien qu’en foutant les pieds sur la pelouse plombait les adversaires. Un pitbull c’est sans doute ce qui nous a manqué ces dernières années. Je suis même près à lui pardonner son passage chez les mecs d’à côté.

1

Après une saison pour le moins mouvementée, où en est le club ? Van Gaal a-t-il déjà installé sa « patte » ?

Ce bon vieux Louis le Goitre a déjà posé sa patte c’est certain puisqu’il n’a pas hésité à bazarder le bon vieux 4-4-2 de Fergie pour tenter un 3-5-2 ou 5-3-2, c’est selon, totalement inédit au club… Enfin je crois. Il arrive avec ses idées, il veut un jeu qui presse très haut, une équipe qui joue vite et vers l’avant ce qui faisait terriblement défaut la saison passée : on se contentait de faire tourner la balle et de tenter des centres au troisième poteau. Il est difficile de te dire où en est concrètement le club, il aborde sa phase de reconstruction, van Gaal veut offrir un nouvel élan, mettre les joueurs "en danger", les sortir de la zone de confort dans laquelle ils avaient fini par s’endormir après des saisons pleines de succès.

Peux-tu nous raconter comment s’est déroulée la présaison ? Il y a-t-il des essais, des changements ?

La préparation a été plutôt satisfaisante vu que l’on a brillamment remporté la fameuse International Champions Cup (ça en jette hein ?) au dépens d’équipes plutôt solides et renommées (renommée, renommée, qui es-tu renommée?). Et évidemment ne serait-ce donc que par ce nouveau schéma de jeu, on a vu plein de choses nouvelles. D’abord quelques jeunes montrer leur nez (Blackett et Keane donc, mais aussi Lingaard et James au milieu de terrain) avec plus ou moins de succès… On a vu Rooney retrouver la pointe de l’attaque (même si l’absence de van Persie y est pour quelque chose), Kagawa et Mata ont joué plus reculé et ont retrouvé un poste plus axial, Fletcher a enchaîné les rencontres… On a même vu Ashley Young claquer un doublé contre le Real, alors niveau innovation et surprises on a été servi. Après, van Gaal se cherche encore c’est certain.
La plus grosse évolution est évidemment la défense à trois centraux mais avec le turn-over effectué, difficile d’en tirer des conclusions.  Herrera, au milieu, est à mon avis celui qui a tiré son épingle du jeu sur cette présaison, il a semblé se fondre dans la tactique et le collectif avec une aisance déconcertante. On en parle déjà comme du nouveau Scholes. Bon. Tout va quand même un peu trop vite des fois.
La présaison pour faire court est encourageante, mais comme nous ne sommes pas chez Footmercato, je ne vais pas tirer des conclusions tout de suite. On fera le bilan à la fin de la saison, on va prendre les matches les uns après les autres, comme dirait n’importe quel joueur au micro d’Olivier Tallaron.

Van Gaal semble vouloir jouer en 3-5-2 comme il le faisait avec les Pays-Bas. Qu’en penses-tu ? A-t-il les joueurs nécessaires pour le faire ? Sont-ils assez disciplinés tactiquement ?

C’est un choix audacieux que je soutiens totalement (comme s’il en avait quelque chose à faire). L’arrivée de van Gaal ne m’enchantait pas en premier lieu, un club comme Manchester United a un côté "hors du temps" avec son coach et ses joueurs fidèles, on construit pour durer, pas par à-coups et Louis est plus un mec qui reste 18 mois et fini par se barrer avec pertes et fracas.  Reste que la saison passée a fait prendre conscience qu’il nous fallait un électrochoc, tellement le groupe s’était empâté. Et avec le recul, le Néerlandais semble l’un des plus qualifiés pour pareille mission.
Les Pays-Bas ont été séduisants sur cette Coupe du monde et je ne parle pas que des déboulés de Robben. Avec un groupe jeune et inexpérimenté, il a réussi à se hisser en demi-finale. Donc s’il parvient à nous rendre compétitif, à nous faire à nouveau vibrer avec un jeu léché (porté disparu à Old Trafford depuis 3-4 ans) je dis banco. Même si, au risque de me répéter (en fait non je me répète), l’effectif est trop léger défensivement pour rester dans ce schéma tout au long de la saison si l’on anticipe les blessés et la fatigue.
Après je ne me fais pas de soucis au niveau de la discipline. Les joueurs savent en faire preuve, parfois trop, le jeu du club ayant été sur les dernières saisons académiques à en pleurer.

Avec un calendrier allégé, nous aurons les moyens de nous concentrer avant tout sur la Premier League et revenir au premier rang me semble avant tout signifier une bonne place en championnat [...] Parler du titre est en revanche compliqué.

Penses-tu que van Gaal s’entêtera avec son système s’il ne fonctionne guère ? Quel système avantagerait Manchester United si tel était le cas ?

Pour ce qui est d’un éventuel changement, van Gaal n’est pas, comme certains, surnommé, "le fou" (de dwaas en néerlandais) donc j’ose imaginer qu’il changera. Le 3-5-2 n’est pas son schéma "fétiche" et à la base tout le monde l’imaginait poser un bon vieux 4-3-3 des familles. C’est sans doute une option qu’il a sous le coude et qui me semble simple à mettre en place avec l’effectif actuel, même s’il se poserait la question de la position de Rooney : en pointe à la place de van Persie ? Sur une aile ? Au milieu de terrain alors qu’il boude quand c’est le cas ? Il trouvera bien une solution. Au pire van Persie se fera les croisés en octobre et le problème sera réglé.

Quel est, selon toi, le XI « premier » de Manchester ?

A l’heure actuelle je vois quelque chose comme :
De Gea
Rafael (ou Valencia) / Smalling / Jones / Evans / Shaw (une fois revenu de blessure)
Fletcher / Mata / Herrera
Rooney / van Persie

Manchester United ne jouera aucune compétition européenne cette saison. Ainsi, et d’une certaine manière c’est paradoxal, beaucoup de personnes soutiennent que le club va revenir au premier rang. Certains voient même Manchester United comme un sérieux candidat au titre. Quel est ton avis sur ce postulat ?

Ça ne me paraît pas si paradoxal que ça dans la mesure où, avec un calendrier allégé, nous aurons les moyens de nous concentrer avant tout sur la Premier League et revenir au premier rang me semble avant tout signifier une bonne place en championnat, parce qu’évidemment en Europe, c’est les vacances ce coup-ci.
Parler du titre est en revanche compliqué. Il manque encore quelques joueurs dans l’effectif et notamment (attentions surprise) un défenseur pour chapeauter le tout derrière. Manchester City (burps, pardon) et Chelsea semblent les mieux armés et les plus avancés pour partir à l’assaut du sommet du classement. En revanche le fameux Big Four est l’objectif minimum à se fixer. Il y a évidemment Liverpool, Arsenal et Tottenham, voire Everton qui vont se ruer dans la bagarre aussi, mais en termes de qualités intrinsèques je ne pense pas que l’on soit surclassé à l’heure du coup d’envoi de cette nouvelle saison. Et puis si van Gaal ravive la flamme, le fighting spirit "légendaire" de United, qui sait ce que l’on n’est capable de faire ? Notre dernier titre il y a deux saisons s’est avant tout gagné là-dessus, parce que Fergie savait transcender tout ce petit monde. A notre nouvel entraîneur de prouver qu’il peut en faire autant. Et j’ai envie d’être optimiste après une saison passée à me flageller.

3

En étant placé au centre du dispositif de van Gaal aussi bien tactiquement que symboliquement, il a toutes les cartes en main pour montrer qu’il est de la trempe des plus grands.

Rooney semble avoir retrouvé une certaine forme récemment. Quel sera son rôle cette saison ? Dans quelles conditions peut-il briller à nouveau ? Va-t-il être associé à van Persie ? Si oui, que penses-tu de cette association ?

Ah Rooney… Bon, déjà il vient d’hériter du brassard de capitaine et c’est un signal fort : van Gaal compte sur lui pour tirer tout le monde vers le haut. C’est un joueur caractériel, on peut lui reprocher ses coups de pressions "mercatesques" pour faire revaloriser son contrat, mais on ne peut pas ignorer le fait que sur le terrain il se met minable à chaque fois peu importe les circonstances. Placé derrière van Persie, en électron libre, me semble pour lui la position toute trouvée et ça tombe bien c’est le poste qu’il occupe le plus souvent, pour moi aucune raison que ça change. Il faudra juste qu’il évite de marcher sur les plates-bandes de Mata ou Kagawa dans le rond central…
On a beaucoup parlé de ses difficultés à jouer avec Robin à grand renfort de statistiques du genre "haha, il ne se sont fait que deux passes sur tout le dernier match blablabla". Bon sang, la saison dernière, personne ne trouvait personne sur le terrain, aucun joueur n’était foutu de combiner avec un autre. Avec un jeu plus fluide, une équipe "pilotée" avec un peu plus de conviction depuis le banc, je ne vois pas pourquoi les deux ne pourraient pas s’entendre, malgré leurs caractères bien trempés. Il y a deux ans, ça fonctionnait plutôt bien.
Reste que son nouveau rôle de "leader officiel" devra lui faire comprendre qu’il va falloir laisser de côté les petits pétages de câbles, les tacles presque "cantonesques" dus à l’agacement et j’en passe. Louis van Gaal est capable de faire cohabiter les joueurs caractériels, les joueurs imbus d’eux-mêmes, à fort égo pour la simple et bonne raison que de toute façon, il en a un plus gros qu’eux (un égo hein). En étant placé au centre du dispositif de van Gaal aussi bien tactiquement que symboliquement, il a toutes les cartes en main pour montrer qu’il est de la trempe des plus grands. C’est une saison test pour lui en particulier.

Si tu devais mettre en avant un ou plusieurs jeunes joueurs qui pourraient bien en impressionner plus d’un cette saison, qui seraient-ils ?

Je ne vais surprendre personne en citant Adnan Januzaj. S’il y a bien eu un motif d’excitation la saison dernière c’est lui (enfin avec De Gea et ses matchs stratosphériques). Il est techniquement surdoué, capable de jouer sur l’aile comme dans l’axe, il a du culot, parfois un peu trop, garde encore trop sa balle par instant (alors que sa vision de jeu a mis quelques défenseurs sur le derrière), mais il y a tellement de talent que l’on ne peut faire autre chose que d’attendre impatiemment sa seconde saison avec nous.
Après je n’ai pas de "pépite" à mettre en avant parmi les jeunes du centre. Même si l’on parle souvent de Lingard comme d’un un joueur lui aussi très prometteur, capable de créer des brèches et de faire paniquer les défenses adverses sur une accélération ou un crochet, les embouteillages au milieu de terrain risquent de ne pas lui laisser beaucoup de place pour ce qui est de temps de jeu.
Enfin, même s’il est moins "jeune" j’espère que Jones aura enfin une saison sans pépin pour passer un cap. Il n’y a pas plus talentueux et polyvalent que lui parmi les défenseurs anglais.

Qu’est ce qui, pour toi, a provoqué l’incroyable déroute du dernier épisode ? Moyes était-il responsable à 100% ? Quelle est la responsabilité de Sir Alex Ferguson ?

Diantre, c’est une vaste question. Bon. Ferguson a fait ce qu’il pensait de mieux pour le club, n’en déplaise aux amateurs de théories du complot illuminatis qui ont avancé qu’il avait fait exprès de prendre un "mauvais" coach pour rester "celui qui a réussi, celui qui savait" et ne pas se faire "oublier" de sitôt. Le choix de Moyes m’a paru logique vu son profil similaire à Fergie dans les grandes lignes : écossais, en place en Premier League avec le même club depuis plus de 10 ans, avec des résultats satisfaisants à son échelle développant un jeu simple et efficace.
Reste que ce pauvre David s’est retrouvé le séant entre deux chaises (je fais un effort pour rester poli). D’un côté, il a voulu faire table rase du staff et a laissé partir tout le monde. Première erreur, sans doute la plus grosse. L’équipe d’entraîneurs autour de Ferguson faisait du bon boulot, connaissait les joueurs etc. Dans le même temps, il n’a absolument pas remis l’équipe en question. Il a pris en main un vestiaire avec des mecs qui avaient tout gagné mais qui commençaient à en pâtir, à se reposer sur leurs acquis et c’était visible depuis deux-trois saisons. Quitte à faire le ménage sur le banc, il aurait pu en faire un peu aussi dans l’effectif. Or, la seule recrue a été Fellaini dans des circonstances risibles.
La seule erreur de Ferguson a été d’avancer qu’il laissait un groupe paré pour l’avenir. Conneries, l’effectif était vieillissant et comme je l’ai dit plus haut, empâté. Un mec avec l’aura de Fergie pouvait sans doute encore les secouer quand il le fallait, mais quelqu’un comme Moyes qui a paru renfermé, coincé, n’a pas du tout su les secouer. Et tactiquement ça a été la bérézina. Il a essayé le 4-4-2 puis parfois sans raison un peu de 4-2-3-1 puis de 4-3-3, mais sans remettre les joueurs en question encore une fois. C’était plutôt un synonyme d’impuissance que de réflexion. L’achat de Mata est aussi symptomatique de cette impuissance. Il l’a acheté alors que son profil ne convenait pas au schéma que l’on a déployait la plupart du temps. Alors il l’a mis sur l’aile, histoire de, parce que bon, quand même, le mec n’est pas dégueu. C’est comme Fergie avec Kagawa en ailier gauche, du gâchis. Mais il fallait essayer de rassurer le public, le faire rêver un peu en signant un "nom".
J’ai eu de la peine pour Moyes, j’ai même paradoxalement gueulé au moment de son renvoi. J’aurais aimé qu’il ait une seconde chance, un second été pour nous prouver qu’il avait une idée, une vision. Bon, la famille Glazer n’avait pas la même envie…
Après je ne le tiens pas pour seul responsable. Je te parlais du manque d’implication de Ferdinand plus haut et d’autres joueurs en ont été coupables, van Persie en tête… Et tu ajoutes à ça la foire aux blessures, tu as un scénario cauchemar pour n’importe quel coach.

Le club peut-il immédiatement se relever de cet affront ? Quels sont les éléments qui iraient dans ce sens ?

Evidemment que l’équipe va s’en relever. On parle de Manchester United ! Plus sérieusement, au-delà  des résultats des matchs de préparation, les joueurs ont paru plus qu’enthousiastes en travaillant avec van Gaal qui sous ses airs de père fouettard est avant tout un mec juste, mesuré et qui reconnaît le mérite de chacun. Et puis son palmarès, forcément, lui donne une légitimité qui manquait à Moyes, malheureusement pour ce dernier.
Par ailleurs, le nouveau schéma de jeu redistribue les cartes, quand tu vois Young faire des bons matchs, certains doivent se sentir en danger. Tout le monde va devoir se bouger, surtout les anciens. Le retour de Fletcher au premier plan, en espérant que ça dure, est aussi une excellente nouvelle. Ce mec transpire United à mort et c’est ce genre de joueur qui peut insuffler la rage de vaincre que l’on a perdue. Manchester a encore un bon petit lot de joueurs de la maison et c’est aussi, à l’image d’Arsenal ce qui en fait un club "différent". On a des gars qui auront, et sans doute que l’on me trouvera fleur bleue pour ce genre de pensées, envie d’effacer l’affront de la saison passée, comme tu le dis si bien.

Quelles sont tes attentes personnelles pour la saison à venir ? L’objectif doit-il être une coupe ? Qu’est ce qui te satisferait ?

Je veux que United recommence à faire peur aux gros. Pas seulement à Arsenal. Voilà, mes attentes sont plutôt simples… Après, si l’on peut avoir en bonus un jeu attractif, je ne vais pas me plaindre. Peut-être que l’un n’ira pas sans l’autre d’ailleurs, en tout cas dans la tête de van Gaal, ça a l’air d’être le cas. J’espère évidemment que Rooney sera un capitaine digne de ce nom, que Jones donc aura une saison complète pour passer la vitesse supérieure. J’espère voir Kagawa jouer dans l’axe et qu’il me prouve que je ne m’égosille pas à réclamer ses titularisations pour rien. Je crois aussi beaucoup en Welbeck. Le potentiel et la polyvalence sont là. Pour moi il ne serait pas idiot de lui laisser sa chance sur l’aile gauche par exemple, avec sa puissance, il pourrait faire des dégâts. Il lui manque un (gros) soupçon de précision au pied…
L’objectif du club doit être le Big Four et sur le podium si possible. Après une coupe je ne vais pas cracher dessus, mine de rien, ça commence à faire un bout de temps qu’on n’a pas soulevé un truc à Wembley, hors Community Shield, rendons justice à Moyes. Mais bon, je veux vraiment voir l’équipe se comporter comme il faut en championnat avant tout, le renouveau passera par là.

Jeremy Docteur

Swansea v Manchester United : d’une perspective galloise

Ce 16 août 2014, le monde aura les yeux braqués sur Swansea City. Enfin, plus précisément le monde aura les yeux braqués sur l’adversaire du club gallois : Manchester United. Avec en suspens  cette question : « de quelle taille sera la valise prise par les Gallois ? ». La plupart penchent pour une samsonite grand format, spéciale long voyage, pendant que les autres voient un petit sac cabine. Personnellement, je crois qu’il est tout à fait possible que les Swans se barrent en douce avec le portefeuille des Mancuniens. Voici ma petite présentation des forces en présence.

La Premier League reprend le chemin des terrains. Ce n’était pas trop tôt. Parce que c’est sympa de se manger la crème du football mondial qui s’affronte sous le soleil, mais après ça laisse un vide assez horrible.

Réaction humaine face à ce déni d’une réalité quotidienne sevrée de football : on suit les transferts. Les rumeurs sont moquées, traquées, épiées et décortiquées. Les fans de Newcastle pleurent, ceux de Stoke se préparent à chanter à la gloire des nouveaux venus, et les consommateurs de Chelsea et City se tapent des discussions de PMU sur le prix de la viande de joueur cette année. Bref, dans son coin tout ce beau monde s’active.

Côté Manchester United je ne vais pas vous refaire le résumé de l’été, suffit d’aller voir partout et vous l’aurez, ce résumé. Même si le plus complet sur les activités du club sera certainement d’aller voir : ici . Plus sérieusement, pour faire face à la saison décevante que le club a traversé l’année passée (7e, pire classement de l’histoire d’United en PL) un changement d’encadrement a eu lieu. Le pélican Louis Van Gaal est arrivé, amenant une nouvelle philosophie de jeu en 3-5-2 qui va devoir faire ses preuves sur les terrains du Royaume-Uni. Les quelques recrues peu onéreuses (80M€ pour Shaw et Herrera…) vont devoir participer à cette opération reconquête. Pour leur première à domicile, les Reds Devils seront privés de Shaw déjà blessé et de Van Persie qui est actuellement entre deux courtes périodes où son corps le laisse en paix. Je pense qu’il est plutôt bon aussi de rappeler que Manchester jouera privé de sa défense. Bah ouais, en même temps quand tu alignes un trio derrière composé de Evans/Smalling/Jones t’as intérêt de garder le ballon le plus loin possible de ton but.

La défense à 3 de United au meilleur de sa forme en amical.

La défense à 3 de United au meilleur de sa forme en amical.

Bon en face y’a donc Swansea, la belle équipe. L’année passée fut mouvementée car pour la première fois depuis plusieurs saisons (vraiment très loin même) l’entraîneur a été remercié en cours d’année. Laudrup a d’abord été remplacé de façon temporaire par Garry Monk (toujours joueur dans l’effectif, prends ça Giggs), avant que le beau Garry soit conforté à l’inter-saison.

J’en profite pour vous rappeler ici que le club gallois est le seul de PL à être détenu à hauteur de 20% par les supporters. Tout s’est joué au tournant des années 2000, alors en banqueroute un investissement des fans a sauvé le club d’une fin certaine. Depuis, la gestion économique est fondamentale dans la ligne directrice du club. C’est d’ailleurs ce qui a rendu possible le scoutisme de qualité dont les Swans ont fait preuve avec des recrutements qualité/prix/état d’esprit irréprochables (Williams, Michu, Fabianski gratuit…).

Pour cette saison, l’effectif a subi des changements assez particuliers. Plusieurs « cadres » ont levé le camp, certainement aidés par le départ de Laudrup aux Emirats. On compte ainsi Vorm et Michu (blessés l’année passée), respectivement envoyés à Tottenham et au Napoli. De Guzman voulait rester (mon chouchou, mon amour, le bel homme), ces « gentils messieurs dames » de Villareal l’ont rappelé de prêt. Certainement pour être revendu. [QPR est sur les rangs, je vais m'ouvrir les veines et je reviens]. Chico et Davies, deux cadres de la défense ont été vendu. Le premier part rejoindre Laudrup, le deuxième suit Vorm à Tottenham. On ne va pas se mentir ces deux-là sont une perte, surtout le jeune gallois. Enfin au milieu, Pablo Hernandez a lui aussi été envoyé aux Emirats. Je suis vraiment triste pour ce joueur qui aura un peu loupé sa carrière alors qu’il avait tout pour exploser. En tout cas, il a participé à la victoire de Swansea en League Cup il y a deux ans. Il a même publié un communiqué de remerciement sur le site du club, merci à lui.

Finalement, les départs ont déjà été complétés. Comme d’habitude au Pays de Galles, on ne vend que quand on est certain de pouvoir compenser immédiatement les pertes. Dans les faits, Fabianski arrive libre pour remplacer Vorm. Federico Fernandez (Naples) passe sa visite médicale en début de semaine pour remplacer Chico, sacré coup, même à 8.5 millions.

Au milieu Pablo Hernandez est remplacé par Sigurdsson (Spurs, échange avec Vorm/Davies). L’Islandais est bien connu du Liberty Stadium puisqu’il a déjà joué chez nous en prêt une saison, un excellent souvenir d’ailleurs ! Au milieu, afin de remplacer De Guzman (quelle tristesse…) il y a ce merveilleux Ki de retour de prêt à Sunderland. Ce joueur, pour ceux qui ne le connaissent pas, est un râteau. Il ratisse tous les ballons avant de les bonifier comme un manche.

« 42 » est bien la réponse à la question sur la Vie, l'Univers et le Reste (Allez lire H2G2).

« 42 » est bien la réponse à la question sur la Vie, l’Univers et le Reste (Allez lire H2G2).

Côté défensif, Davies a déjà deux remplaçants dans l’effectif, dont Taylor l’ancien titulaire qui s’était cassé la jambe en taclant et se bloquant la jambe dans la pelouse. Gros bonheur donc.

Enfin, la recrue du mercato côté Swans c’est bien Gomis. L’ancien lyonnais est arrivé gratuit au Pays de Galles. Mais son salaire est un souci gigantesque à mes yeux. Bon j’ai déjà expliqué tout cela ici mais dernièrement Monk a essayé de l’associer à Bony, ce ne fût pas une énorme réussite mais je pense que ce type de duo verra le duo dans les matchs où un verrou sera à forcer. Par exemple contre Leicester dès le second match.

Personnellement, je pense que les gallois se présenteront une fois de plus en 4-2-3-1 demain.

Non seulement il faudra profiter du manque de repère tactique dont Manchester pourrait souffrir, mais en plus c’est une formation solide utilisée depuis la League One par le club. Elle est donc parfaitement maîtrisée et elle conviendra dans les phases de contre qui se présenteront demain.

Finalement, la composition de Swansea devrait se présenter ainsi, avec un grand yolo en défense suite aux départs de Chico et Davies.

            Fabianski

Rangel/Williams (C)/Amat (Bartley?)/Taylor

 Britton/Ki (Canas?)

 Dyer/Routledge en flèches sur les ailes

 Shelvey en 10

 Bony en pointe.

Deuxième compo posssible, Monk a fumé et balance un 4-4-2 des familles :

            Fabianski

 Rangel/Williams (C)/Amat (Bartley?)/Taylor

 Sigurdsson/Shelvey/Britton/Routledge

Gomis-Bony

L'état du but de United après la frappe de Bony demain après-midi.

L’état du but de United après la frappe de Bony demain après-midi.

Clairement, dans les deux cas je penche pour un match ouvert qui se terminera avec au moins 4 buts de marqués. J’annonce donc un 2-2 de Swansea à Old Trafford et on n’en parle plus. J’apprécierais tout de même ne pas prendre une valise contre United d’entrée de jeu comme l’année passée.

Je reviendrais rapidement pour vous faire une présentation complète des gallois une fois que la ronde des transferts sera terminée ! Bonne reprise à vous.

@Donass

Preview: QPR avec l’objectif d’apprendre des erreurs du passé

Un peu plus d’un an après la descente honteuse en Championship, les Queens Park Rangers sont de retour en Premier League. Les principaux acteurs sont toujours là, que ce soit Harry Redknapp ou le président Tony Fernandes, mais le discours a changé et l’effectif aussi, avec pour but d’éviter le même résultat qu’il y a deux saisons.Derby+County+v+Queens+Park+Rangers+Sky+Bet+nMZLhGSA45tl

Un retour dans l’élite plus que compliqué

Si QPR peut se targuer d’être une des rares équipes à parvenir à remonter directement en Premier League, cela fut extrêmement incertain jusqu’au bout. En effet, malgré un début de saison solide, avec une défense infranchissable et la nouvelle recrue offensive, Charlie Austin pour aligner les buts, cet équilibre allait très tôt être mis à mal; l’un des coachs du club, Steve McClaren allait quitter le club pour reprendre le poste de numéro un à Derby County, et Charlie Austin allait se blesser, en janvier. Ainsi, envolée la sérénité défensive des R’s, et les arrivées de Ravel Morrison, Kevin Doyle, et Modibo Maiga ne suffiraient pas à combler le vide laissé par l’absence du solide attaquant anglais. De ce fait, QPR glissa, de la deuxième place, pour devoir finalement lutter pour une participation aux Play-Off.

La participations aux Play-Off assurée en toute fin de saison, QPR dut tout d’abord se débarasser de Wigan, en deux manches, dont la deuxième marquant le retour aux affaires de Charlie Austin, lequel inscrivit deux goals pour éliminer le club du nord de l’Angleterre, et ensuite rencontrer l’équipe en forme, Derby County, dans une finale à Wembley qui s’annonçait plus que compliquée. Ironie du sort, que cette opposition face aux Rams de Steve McClaren, qui était encore à Loftus Road sept mois auparavant, et qui allait dresser sa talentueuse équipe sur le chemin des londoniens. Et contre toutes attentes, ce fut Bobby Zamora, au bout du temps additionnel, qui permit a des Rangers à 10 contre 11 de sortir du purgatoire après une saison seulement.

Zamora envoyant QPR en Premier League. (I: Zimbio)

Zamora envoyant QPR en Premier League. (I: Zimbio)

Les Transferts: Un changement de philosophie

Pour préparer leur retour dans l’élite, le président Fernandes, appuyé par Redknapp, ont seriné qu’un vent de changement, lancé l’été dernier, soufflait à présent sur le club de West-London. Terminé les joueurs sur-payés, vieillissants et pas franchement motivés comme ce fut le cas sous Mark Hughes, comme Ji-Sung Park, Bosingwa, et autres mercenaires. QPR ne pouvait plus être un club où de bons joueurs viennent mourrir, comme l’a répété le vice-capitaine Joe Barton. A présent, l’équipe serait bâti sur des jeunes talents ayant quelque chose à prouver, et des vétérans irréprochables pour guider les plus jeunes. Si cela a déjà été appliqué la saison dernière, avec notamment les transferts des talents du Championship, Austin, de Burnley, ou Matt Phillips, de Blackpool, ou encore des tauliers en la présence de Richard Dunne, ou Karl Henry.

Si tous les regards étaient tournés sur Redknapp et Fernandes lors du début de la période des transferts, la tâche n’allait pas être facile, avec moins de quinze joueurs encore sous contrat, et donc, d’énormes manques à combler, et un nouveau système tactique à embrasser, suite au choix de Redknapp de passer à un 3-5-2 très en vogue. Ces changements allaient être  traduit par le remaniement de la défense, avec engagement de Rio Ferdinand, qui a accepté de réduire considérablement son salaire pour venir jouer le prolongement de Redknapp sur le terrain, et de  Steven Caulker, défenseur de 22 ans aux portes de l’équipe nationale. Redknapp allait également profiter de la descente de Cardiff pour leur subtiliser Jordon Mutch, un milieu créatif auteur de 7 buts l’an dernier avec les gallois, pour un montant combiné de 14 millions de Livres. De plus, l’une des bonnes affaires de la saison pourrait bien être l’emprunt de Mauricio Isla, en provenance de la Juventus, pour occuper le poste de wing-back, de ce fameux 3-5-2 que Redknapp souhaite installer en vue de la saison prochaine. Cependant, l’équipe actuelle est encore pas complète, et Adel Taarabt et Loic Rémy (malgré son transfert avorté à Liverpool) pourraient encore suivre Esteban Granero par la porte de sortie, ce qui pousserait les dirigeants à investir encore, avec des négociations avec le milieu Jonathan DeGuzman et l’attaquant Sigthorsson, en provenance de Villareal et de l’Ajax, respectivement.

Caulker et Mutch: 12 buts pour Cardiff à eux deux l'an dernier. (I. Zimbio)

Caulker et Mutch: 12 buts pour Cardiff à eux deux l’an dernier. (I. Zimbio)

Un groupe solide, mais pas encore prêt

 Harry Redknapp l’a évoqué en interview: A quelques jours de la reprise du championnat, l’équipe n’est pas encore prête. La pré-saison a été compliquée, avec le changement de système encore à assimiler, et un groupe pas encore au complet, avec l’espoir d’engager encore trois à quatre joueurs (deux milieux et un attaquants), et l’incertitude liée aux départs possibles de Rémy, Taarabt, et Julio César. Tous ces facteurs pourraient déboucher sur un début de saison difficile, mais les bases sont là pour pouvoir raisonnablement viser le maintien.  En ce qui concerne le système de jeu, l’engagement de l’ancien sélectionneur anglais Glen Hoddle en tant que coach semble un bon pas, lui qui connait bien ce système de jeu, et qui pourrait même reprendre le poste d’entraineur à la fin de la saison, selon les rumeurs.

Mais si l’effectif manque encore de profondeur, et de talent offensif, le noyau de l’équipe est déjà la:

Une défense qui tient la route:

QPR affiche déjà (presque) complet derrière, avec la présence de Ferdinand et Caulker, fraîchement arrivés, mais également de Nedum Onuoha, l’un des meilleurs joueurs de la saison dernière, Redknapp a assuré ses arrières. De plus, les vétérans Richard Dunne et Clint Hill restent disponibles pour couvrir les éventuelles blessures. Si un point faible devait être décelé, il s’agirait probablement des postes de latéraux, en cas de défense à quatre; en effet, si à droite, les Rs peuvent compter sur Isla et Simpson, sur le côté gauche, Traoré n’offre pas toutes les garanties défensives, alors que Hill n’a pas les jambes pour assurer ce poste sur l’ensemble de la saison, et Yun le jeune coréen manque encore d’expérience. Mais dans l’ensemble, les joueurs présents semblent à même de protéger les cages de Robert Green.

Même si son rôle sera réduit cette saison, le capitaine Hill n'en reste pas moins important pour la cohésion du groupe.

Même si son rôle sera réduit cette saison, le capitaine Hill (à droite) n’en reste pas moins important pour la cohésion du groupe. (I. Zimbio)

Verdict:  8/10. QPR devra encaisser peu de goals s’ils veulent se maintenir, et avec les joueurs en place, cela semble réalisable.

Un milieu à densifier:

Pour ce qui est du milieu de terrain, de nombreux facteurs pourraient affecter les performances des londoniens. Si QPR ne manque pas de qualité en ce qui concerne les joueurs de couloir, avec Hoilett, Phillips, Shaun Wright-Phillips, Traoré ou encore Isla pouvant évoluer ailier droit, le milieu central manque un peu d’étoffe. Dans ce sens, si Joey Barton constitue la valeur sûre de l’équipe compte tenu de la saison dernière, et que Mutch pourra amener des ballons dangereux en allant vers l’avant, il manque encore beaucoup de personnel pour assister les deux anglais ci-avants. Faurlin devrait figurer aux côtés de Barton, mais nul ne sait son réel niveau de jeu suite à sa grave blessure au genou, alors que Karl Henry est un joueur utile, mais qui ne peut pas être considéré comme titulaire si QPR veut espérer quelque chose. Et alors que les pistes de Fer (Norwich) et DeGuzman (ex-Swansea) sont explorées, Redknapp aurait fin nez de s’attacher les services d’un milieu récupérateur supplémentaire, afin d’éviter de laisser sa défense trop exposée.

Verdict: 6/10. Le nombre de buts venant du milieu de terrain augmentera avec Mutch et potentiellement deGuzman. Il faudra des acquisitions supplémentaires pour faire le nombre, et mieux protéger la défense.

Toute la pression offensive sur Charlie Austin:

Acheté à Burnley pour 4 million de livres l’année dernière, QPR peut se targuer d’avoir fait l’un des coups de l’été dernier en s’attachant les servies de Charlie Austin. A 25 ans, l’ancien maçon de métier obtient enfin la chance de se prouver au plus haut niveau, et fort de ses 20 buts la saison dernière, il a tout pour réussir dans l’élite. Fort, travailleur, à l’aise dans les airs et doté d’un très bon pied droit, Austin aura la lourde de tâche de mener l’attaque des Rangers. Pour les assister, il faudra signer encore au moins un attaquant, qui pourrait être Kolbeinn Sigthorsson, après la réouverture des négocitations avec l’attaquant Islandais de l’Ajax. Si Loic Rémy devait rester, une association Rémy-Austin pourrait faire merveille, avec la présence de Bobby Zamora pour faire son entrée lors du dernier quart d’heure, pour maltraiter les défenses fatiguées.  Cependant, avec un intérêt possible de Chelsea suite à la blessure de Didier Drogba, Redknapp pourrait bien rouvrir le dossier Troy Deeney (Watford).

Austin devrait pourvoir continuer sur sa lancée et passer la barre des 10 buts en PL. (I: Zimbio)

Austin devrait pourvoir continuer sur sa lancée et passer la barre des 10 buts en PL. (I: Zimbio)

Verdict: 7/10 avec Loic Rémy. 5/10 sans.  QPR est trop dépendant de Charlie Austin, et des renforts seront nécessaires, ainsi que la résolution du feuilleton L. Rémy.

Les compositions possibles,  pour le début de saison:

3-5-2:

GREEN

ONUOHA        FERDINAND        CAULKER

ISLA                   BARTON                    FAURLIN                 TRAORE

MUTCH

REMY (ou une recrue)                 AUSTIN

4-2-3-1

GREEN

SIMPSON       FERDINAND           CAULKER            HILL (C)

BARTON            FAURLIN

PHILLIPS               MUTCH                 HOILETT

AUSTIN

Comme contre Wigan, QPR devra faire de Loftus Road une forteresse (I:Zimbio)

Comme contre Wigan, QPR devra faire de Loftus Road une forteresse (I:Zimbio)

 Ainsi, samedi contre Hull City, déjà dans le rythme grâce à l’Europa League, QPR cherchera a éviter les humiliations enregistrées en ouverture de championnat contre Bolton et Swansea il y a deux et trois ans. Mais même si les Rangers devaient connaitre un départ poussif, cette équipe là possède le caractère et la cohésion qui manquait tant lors de la dernière relégation. L’une des clefs sera probablement de prendre des points à domicile, et contre les concurrents directs, ce qui semble souvent être le problème des londoniens, qui sont souvent plus performants contre les grosses équipes. Et si rien ne sera facile, une ou deux acquisitions intelligentes en plus devrait permettre à Redknapp de monter une équipe, certes talentueuse, mais aussi équilibrée, et qui pourrait bien en surprendre plus d’un.

 @JO_COYRs

Arsenal : Off we go Gunners


1

A la suite de notre précédent focus sur les enjeux de la saison des Reds de Liverpool, My Premier League vous propose cette fois d’enchaîner sur un autre club: Arsenal. La saison se rapproche à grands pas et on peut presque dire qu’elle est déjà lancée pour les Gunners : Arsenal s’est imposé 3-0 contre Manchester City dimanche dernier à Wembley lors du traditionnel Community Shield. Même si la rencontre avait quelque chose "d’amicale", il n’en est pas moins qu’il s’agissait d’une rencontre officielle avec un trophée à la clé.

L’année dernière, Arsenal a terminé à la 4e place malgré la domination de la première moitié de saison. Les Gunners partent avec l’ambition d’éviter pareil scénario en espérant être épargnés par les blessures qui se répètent au club depuis quelques années. De plus, les coffres sont bien fournis puisqu’un partenariat lucratif a été signé avec Puma et officialisé début juillet. Ce dernier assure la sérénité économique du club en plus du remboursement de l’Emirates Stadium qui touche à sa fin.

Pour faire le tour d’horizon et présenter les tenants et les aboutissants du club, nous avons aujourd’hui avec nous Vincent Fabre, créateur, administrateur et rédacteur du site Arsenal-fc.fr  que vous pouvez retrouver sur twitter @GrooverBlog.

Arsenal a pour l’instant recruté trois joueurs : Sanchez, Debuchy et Chambers. Sagna a quitté le club. Vermaelen est en instance de départ. Es-tu satisfait du mercato ?

Ce mercato est évidemment très positif. Non seulement Arsenal a remplacé les joueurs partants, mais il s’est aussi renforcé d’un joueur de classe mondiale. Debuchy est assez proche de Sagna en termes de qualité (même si j’aurais préféré qu’on garde Bacary), Chambers se révèle très prometteur au poste de défenseur central, même s’il est encore un peu tendre. Quant à Alexis Sanchez, c’est la pièce essentielle que recherchait Wenger pour donner plus de polyvalence à l’animation offensive. Et puis il y a Ospina : Arsenal se dote enfin d’un gardien de classe mondiale. Même si j’aime beaucoup Szczesny, je pense qu’il n’a pas (encore) le niveau requis pour jouer le titre. Le gardien colombien est dans ses meilleures années, il est doué et peut devenir un titulaire indiscutable au poste.

Quel(s) poste(s) restent à pourvoir selon-toi ? Beaucoup soutiennent que l’achat d’un milieu à vocation défensive est une nécessité si Arsenal veut être un concurrent légitime au titre, qu’en penses-tu ?

Arsenal est en manque d’un véritable milieu défensif depuis le départ de Gilberto Silva. Beaucoup de joueurs ont été testé dans cette zone depuis 2008, avec des fortunes diverses. La saison dernière a été particulièrement problématique à ce niveau, notamment dans les matches contre les gros. Aaron Ramsey ou Abou Diaby (sans les blessures évidemment) ont le potentiel pour assurer une bonne couverture de la défense et se projeter ensuite vers l’avant. Mais Arsenal doit ajouter un vrai profil de sentinelle, ce que les Anglais définissent comme « sitter », qui pourra garantir un minimum de sécurité en phase de transition attaque-défense. Aujourd’hui, seul Flamini offre ce type de profil. Si Arsenal veut jouer les premiers rôles, il faut un autre milieu défensif.

Beaucoup de gens ont vu le recrutement de Sanchez comme une volonté de changer d’attaquant. En réalité, le Chilien est bien plus un concurrent pour les joueurs de couloir et un complément pour le joueur de pointe.

Wenger ne cesse de mettre en avant Chambers : son âge et sa polyvalence lui plaisent. Il peut jouer arrière droit, défenseur central et même milieu défensif, son poste de formation. Pour toi, quel rôle aura-t-il cette saison ? Comment l’utiliserais-tu ?

Chambers est la surprise du chef. Wenger est allé le chercher sans que personne ne se doute de rien, et c’est visiblement une excellente pioche, même à 16 M d’Euros. Le jeune homme a effectivement débuté sa carrière en tant que milieu de terrain, mais a rapidement été repositionné plus bas. Défenseur central avec les U19 et plus récemment latéral droit avec Southampton. Ce parcours lui permet d’avoir une vision du jeu performante, et par conséquent, une qualité de relance intéressante. Et les récents matches amicaux ont montré qu’il savait garder son calme même sous la pression. Même s’il doit encore progresser sur plusieurs aspects, il a déjà fait pas mal de chemin. Pour ma part, je le vois comme un concurrent crédible pour les titulaires de la charnière centrale.

2

Sanchez est également un joueur très polyvalent. Il semblerait qu’il soit aligné sur le côté droit pour débuter, du moins jusqu’au retour de Walcott. Que penses-tu de son positionnement ? Où serait-il le plus efficace ?

Beaucoup de gens ont vu le recrutement de Sanchez comme une volonté de changer d’attaquant. En réalité, le Chilien est bien plus un concurrent pour les joueurs de couloir et un complément pour le joueur de pointe. Comme l’a rappelé récemment un de ses anciens entraîneurs, Sanchez est un joueur qui aime décrocher, travailler sur tous le front de l’attaque et venir en soutien d’un attaquant. C’était d’ailleurs son rôle lorsqu’il jouait à l’Udinese : sur un côté et complémentaire d’Antonio Di Natale, l’attaquant de pointe. Wenger recherche ce profil depuis 2 ans et le départ de Van Persie, et le choix de Giroud ne se conçoit qu’avec une animation offensive permettant un maximum de mouvement autour du Français, pour augmenter les possibilités de but. Dans cette optique, le récent match de Sanchez contre City, lors du Community Shield, a été très révélateur : le Chilien a décroché très bas pour proposer des solutions de relance, et ses qualités balle au pied lui ont permis de se projeter immédiatement vers l’avant et de combiner avec Sanogo ou Wilshere. Son jeu rappelle beaucoup celui de Luis Suarez, que Wenger a tenté de faire venir l’été dernier. Comme l’Uruguayen, Sanchez est un joueur imprévisible, tout le temps en mouvement et par conséquent, très difficile à marquer. Et comme l’Uruguayen, Sanchez est capable de se créer lui-même des occasions de buts, mais aussi de faire marquer les autres.

Arsenal joue en 4-2-3-1 avec des ailiers très libres dans leurs mouvements. Ce système te convient-il ? Penses-tu qu’un 4-4-2 pourrait fonctionner, notamment avec Sanchez/Walcott qui peuvent utiliser leur vitesse pour prendre la profondeur ?

Le 4-2-3-1 est le système de base de nombreuses équipes aujourd’hui. Arsène Wenger ne déroge pas à la règle, notamment parce que ce système favorise le jeu rapide vers l’avant tout en garantissant un milieu de terrain fourni. Tonton Arsène aime avoir des milieux créatifs en nombre, à tel point qu’il en met même sur les ailes (Cazorla est un bel exemple) et qu’il leur permet de combiner sur un côté ou dans l’axe. Par contre, le côté droit de l’attaque est souvent attribué à un joueur capable de plonger dans la profondeur, et Walcott comme Sanchez (ou encore Campbell ou Chamberlain) auront un rôle à jouer. Pour autant, le 4-4-2 reste une possibilité en cours de match, comme cela été le cas lors de la finale de FA Cup, lorsque Sanogo est entré en jeu. De même que Wenger choisit parfois de verrouiller un résultat en basculant en 5-3-1-1. Finalement, c’est aussi la preuve que le XI d’Arsenal est adaptable autour de ce 4-2-3-1, à condition que les blessures et méformes ne réduisent pas les options à néant.

La saison dernière, Arsenal est l’équipe qui est restée le plus longtemps en tête (128 jours). Pourtant, à la fin de la saison, c’est non sans mal qu’ils ont fini 4e. Qu’est ce qui a manqué dans la lutte pour le titre ? Que sest-il passé ?

Un mot, voire un maux : blessures. Arsenal avait particulièrement bien entamé sa saison, et comme trop souvent, janvier a sonné le glas des espoirs en championnat. C’est d’autant plus rageant que l’équipe termine à seulement 7 points du champion. La solidité défensive a fait ses preuves, malgré les valises encaissées : 80% des buts concédés sont réparti sur 5 matches, et Arsenal n’a perdu qu’un match à domicile sur la saison. Ce n’est pas un hasard si l’ensemble a vacillé au moment où des joueurs importants comme Ramsey se sont blessés : il a manqué des solutions de remplacements, il a fallu bricoler, le turn-over n’a pas pu se faire correctement et la fatigue a encore aggravé la situation. La leçon semble enfin avoir été retenue puisque l’équipe devrait pouvoir compter sur un effectif plus étoffé cette saison. Et surtout, le staff s’est renforcé de façon importante avec l’arrivée de Shad Forsythe, le préparateur physique de la sélection allemande, présenté comme un des meilleurs au monde dans son domaine. Tout ne va pas se résoudre en un coup de baguette magique, mais Arsenal devrait ainsi s’épargner les cascades de blessures des dernières saisons. Et donc avoir sa chance jusqu’au bout, espérons-le.

Les latéraux d’Arsenal sont des joueurs à vocation (très) offensive avec peu d’assurance défensive. Penses-tu que cela peut être préjudiciable à l’équipe ?

A Arsenal, les latéraux sont souvent concerné par les combinaisons offensives, puisqu’ils servent souvent de point d’appui. Mais il en résulte un risque en cas de contre-attaque. On en revient au système de jeu. En 4-4-2, la couverture des ailes par les milieux est nettement moins simple à assurer. Le 4-2-3-1 est plus sécurisant sur ce point, à condition encore une fois d’y disposer des joueurs capables physiquement et techniquement d’assurer une couverture optimum. Et il faut aussi éviter de voir les deux latéraux partir à l’abordage en même temps. Sur ce point, on espère que Debuchy et surtout Gibbs, coutumier du fait, feront preuve de rigueur.

Si un joueur correspond le mieux à l’idéal de Wenger en termes de milieu de terrain, c’est bien Arteta.

D’ailleurs, penses-tu que le départ de Sagna va faire mal à Arsenal ? Sagna a régulièrement aidé (et compensé les erreurs de) Mertesacker et a une nouvelle fois réalisé une belle saison. Debuchy peut-il tenir son rang ?

Le départ de Sagna est clairement un souci. On ne se passe pas d’un des meilleurs latéraux du championnat anglais sans conséquence. Plus globalement, certains vont peut-être prendre conscience de la difficulté de trouver un bon latéral aujourd’hui. Sagna était non seulement performant et sécurisant, mais parfaitement intégré dans le jeu d’Arsenal. Debuchy va devoir travailler dur pour rivaliser, mais il dispose quand même de quelques aptitudes intéressantes comme sa qualité de centre, sa vitesse ou son jeu de tête.

Arteta n’a plus les jambes qu’il avait il y a quelques années, l’Espagnol a souffert en fin de saison. Comment gérer ce problème ? Comment articulerais-tu le double pivot ? L’inclurais-tu dedans ?

Les gens se focalisent sur la forme physique d’Arteta, qui n’a plus ses jambes de 20 ans, c’est un fait. Mais il ne faut pas mettre de côté les qualités techniques et mentales du Basque. Si un joueur correspond le mieux à l’idéal de Wenger en termes de milieu de terrain, c’est bien Arteta. Et ce n’est pas un hasard si Arsène a choisi de lui confier le brassard cette saison. Pour comprendre l’importance d’Arteta, il faut savoir que Ramsey n’en serait certainement pas là s’il n’avait pas eu le Basque à ses côtés, notamment dans les mois où le Gallois était dans le dur. Il ne jouera probablement pas tous les matches, mais devrait avoir un rôle prépondérant dans l’équilibre du milieu de terrain, surtout si un recrutement intervient dans cette zone.

Il y a beaucoup de bruit autour d’un repositionnement à terme de Wilshere au poste de numéro 6, ou du moins dans une position plus reculée. Quelle est ta position ? A-t-il les qualités requises ? Son indiscipline tactique ne peut-elle pas l’empêcher de progresser dans ce domaine ?

Le sujet du positionnement de Wilshere est issu d’un délire de journaliste. Il suffit de voir dans quelle zone il a évolué lors des matches amicaux pour comprendre que Wenger ne le voit pas comme un milieu défensif. Selon moi, c’est un relayeur capable de transpercer les lignes et de donner de très bonnes passes. Ses soucis de blessures ces dernières saisons ont fortement ralenti sa progression, et il est temps pour lui de confirmer. Le souci, c’est que la concurrence au poste de milieu créatif (Özil, Cazorla, Rosicky) va être rude. Par contre, le poste de relayeur pourrait être plus ouvert, même si Ramsey évolue dans cette zone. Là aussi, un possible recrutement pourrait avoir des conséquences.

Özil a connu un début de saison particulièrement prometteur avant d’accuser un petit peu le coup. Sa condition physique et son endurance sont-elles un frein à son explosion en Premier League ? Comment vois-tu sa saison ?

Özil va être sans nul doute le joueur majeur de cette équipe d’Arsenal sur la saison à venir.  Sa période d’adaptation a été compliquée, mais passer de la Liga à la Premier League n’est pas chose aisée en termes de rythme et d’impact. Malgré tout, il ne faut pas oublier l’excellent début de saison de l’Allemand, et les prémices de collaboration prometteuse avec Ramsey ou Walcott. Özil est trop souvent perçu comme un joueur nonchalant, mais ses statistiques montrent son importance dans le jeu et l’animation offensive. Il reste l’un des joueurs européens les plus efficaces en termes de passes complétées et de chances créées dans les 30 mètres adverses. S’il appréhende de meilleure manière le jeu anglais, il peut devenir le maitre à jouer d’Arsenal et le pilier des succès à venir pour les Gunners.

3

Quel serait ton « XI type » pour la saison à venir ? Dans quel système ?

Le classique 4-2-3-1 : Ospina – Debuchy – Mertesacker – Koscielny – Gibbs – Arteta – Ramsey – Özil – Cazorla – Sanchez – Giroud

Comment s’est déroulée la présaison ? Peux-tu nous dire ce qu’il faut en retenir ? Il y a-t-il eu des essais, des évolutions de système ?

La présaison a donné quelques indications, mais c’est toujours une période principalement axée sur le foncier. Tous les joueurs n’étaient pas au même niveau, les performances s’en sont ressenties. On peut quand même retenir le match contre Manchester City, qui avait valeur de test. Même si les champions en titre n’avaient pas mis leur meilleure équipe sur le terrain, Arsenal a maîtrisé le match de bout en bout de façon convaincante.

Si tu devais mettre en avant un ou plusieurs (jeunes) joueurs à suivre cette saison, quels seraient tes premiers noms ?

J’ai particulièrement aimé Kris Olsson. Le jeune suédois me fait penser à Rosicky, et son potentiel est très intéressant. Il y a également Zelalem, le jeune milieu de terrain à la vision du jeu incroyable. Mais celui qui va être à suivre cette saison est sans conteste Joël Campbell. Le Costaricain devrait bénéficier de pas mal de temps de jeu et il va faire sensation.

Arsenal a eu beaucoup de mal récemment en Europe. Penses-tu que l’équipe peut franchir un palier supplémentaire cette saison ?

La Coupe d’Europe est évidemment un objectif majeur. Depuis 2006 et cette finale perdue, Wenger n’a jamais digéré être passé si près du succès. Les années de serrage de ceinture étant terminées, on peut espérer voir Arsenal redevenir compétitif au niveau continental.

Quelles sont tes attentes personnelles pour ce nouvel épisode ? Qu’aimerais-tu que le club achève ? Les coupes doivent-elles être des priorités à l’instar de la saison dernière ?

J’espère d’abord que le club va passer une nouvelle étape vers l’achèvement du projet de Wenger. Et ça passe par un titre majeur, comme celui de champion. Peut-être qu’il n’arrivera pas dès cette saison, mais Arsenal doit désormais pouvoir le jouer jusqu’au bout et ne pas avoir de regrets. Les coupes nationales ne peuvent plus être une priorité, notamment si le club envisage de faire un bon parcours en coupe d’Europe. Il va falloir faire des choix et ne pas être tenté de jouer sur tous les tableaux, comme en 2011. Les titres majeurs sont à ce prix.

Jeremy Docteur

Liverpool : On the road again

Les joueurs de Liverpool lors de la tournée aux Etats-Unis et l'International Champions Cup (Crédits photo: lfctour.com)

Les joueurs de Liverpool lors de la tournée aux Etats-Unis (Crédits photo: lfctour.com)

A l’aube du lancement de la saison 2014-2015 de Premier League, My Premier League effectue également sa rentrée. Après un cru 2013-2014 haletant et une lutte pour le titre effrénée, nous ne sommes plus qu’à quelques jours de la tant attendue reprise du championnat et c’est régulièrement la période idéale pour présenter les tenants et les aboutissants de ce qui nous attend.

Aujourd’hui, nous avons souhaité nous focaliser sur Liverpool, qui a terminé le championnat à la 2e place l’année passée. Les Reds auteurs d’une campagne pour le moins remarquable, vont débuter la saison avec l’ambition de rééditer ce genre d’exploits.

Pour en parler, Raphael Cosmidis (@rcosmidis) nous a accordé une interview. Raphael est un spécialiste de tactique et écrit pour les déménageurs des Cahiers du Foot qu’il a d’ailleurs cofondé. Il sévit également en tant que journaliste à Goal et pigiste à RMC Sport.

Rodgers a toute la confiance du board, il restera en poste même si Liverpool finit hors du top 4. Il a tout le temps de former les joueurs à ses principes.

On l’a assez répété ces dernières semaines, Luis Suarez a quitté Liverpool pour rejoindre Barcelone. Juges-tu l’équipe d’aujourd’hui inférieure à celle qui a fini deuxième à la mi-mai ?

Le onze titulaire est inférieur, sans doute. Perdre Suarez, c’est perdre un des 5 meilleurs joueurs du monde, tu ne peux pas sous-estimer l’impact qu’il a sur une équipe. Buteur, passeur, créateur, même récupérateur haut sur le terrain, parce que plein d’énergie. Si on parle de l’équipe dans son ensemble en revanche, le groupe de 23-24 joueurs, elle est bien meilleure que l’été dernier. Quand tu remplaces Aspas par Lambert, Moses par Markovic, que tu fais venir des joueurs prometteurs mais prêts pour le haut niveau comme Emre Can, tu deviens beaucoup plus solide. C’était de toute façon nécessaire pour jongler entre le championnat la Ligue des champions.

Jusqu’ici, Liverpool a recruté 6 joueurs majeurs pour une somme totale avoisinant les 100M£ (96.5M£ selon BT Sport). Penses-tu que l’argent récupéré sur le transfert de Suarez a été efficacement réutilisé ?

Oui, mais ce sera à Rodgers de le valider. On compare souvent la situation à celle de Tottenham la saison passée, mais c’est une erreur. Ou alors c’est une anticipation pessimiste. Les joueurs recrutés par les Spurs l’été dernier sont pour la plupart des bons achats. Christian Eriksen à 12-13 millions d’euros, c’est une superbe affaire. Et je pense qu’Emre Can se rangera dans cette catégorie aussi. Le problème de Tottenham, c’est qu’ils n’ont pas réussi à s’adapter tactiquement, parce qu’ils dépendaient trop de Bale. Liverpool dépendait de Suarez, mais beaucoup moins. On a vu que ça gagnait, même sans Suarez, certes de manière moins flamboyante. Rodgers a toute la confiance du board, il restera en poste même si Liverpool finit hors du top 4. Il a tout le temps de former les joueurs à ses principes. Villas-Boas ne l’avait pas.

N’as-tu pas l’impression qu’il y a un « empilement » dans le secteur offensif ? Sachant que la saison passée, marquer des buts n’a jamais été un problème…

Il y a pas mal de joueurs en effet, mais la plupart d’entre eux sont assez jeunes. Sterling a 19 ans, Markovic 20, Ibe 18, Suso 20, Coutinho 22. Lallana est limite un vieux dans cet effectif. Puis tu as Borini et Assaidi, deux joueurs dont le club espère clairement se séparer. Lambert était un ajout nécessaire, pour ne pas souffrir d’un style unidimensionnel, basé uniquement sur la vitesse de tes attaquants. Il a un peu galéré durant la pré-saison mais il a un sens du jeu qui devrait se réveiller une fois le championnat entamé.

Marquer des buts n’a pas été un problème la saison passée, mais parce que tu avais des joueurs en état de grâce offensivement. Les coups de pied arrêtés de Gerrard étaient exceptionnels, Skrtel a marqué 10 buts, Suarez a fait trois premiers mois insensés. Et tu n’as plus un monstre comme ça, capable de marcher sur les adversaires, même si Sterling a un potentiel immense. Il fallait remplacer la qualité par la quantité, en quelque sorte. Liverpool a réussi à allier les deux dans son recrutement, je trouve. Le club n’est pas encore redevenu assez grand et crédible pour attirer des joueurs du calibre de Marco Reus, même s’il y a quelques rumeurs bidon qui traînent. Le club a démenti tout intérêt.

Le jeune Jordon Ibe contre le Milan AC d'Adil Rami (crédits photo: zimbio.com)

Le jeune Jordon Ibe contre le Milan AC d’Adil Rami (crédits photo: zimbio.com)

La visite médicale ratée de Loic Rémy, c’est un écran de fumée selon toi ? Est-ce qu’on peut imaginer que le club se soit rendu compte qu’il ne correspondait peut-être pas finalement à ce qu’on recherchait ?

Je pense que ça l’est oui, surtout que les problèmes avaient déjà été décelés par le passé quant à son coeur, et que l’état de son genou était déjà connu. Duncan Castles, journaliste en Angleterre, a révélé que c’est finalement le salaire prévu qui a refroidi Liverpool (110 000 livres par semaine). Ce que je comprends et ce qui me ravit un peu. C’est beaucoup trop pour un joueur qui n’est pas le plus complet sur le marché, et qui a un potentiel de revente quasi nul. Je préfère parier sur Ibe, même s’il doit encore travailler pour faire de meilleurs choix et lever la tête. Mais le talent est là.

Pour moi, le vrai poste à pourvoir d’ici une ou deux saisons, c’est celui de milieu défensif. Gerrard a encore un ou deux ans dans les jambes, et après tu dois te demander quel est ton projet.

Pour finir sur le mercato, quels postes sont encore à pourvoir quantitativement selon-toi ? Lesquels juges-tu complets sur les plans quantitatif et qualitatif ?

On attendait un latéral droit pour embêter Glen Johnson, parce qu’il est vraiment sur le déclin, et Manquillo a signé. J’ai souvent défendu Johnson ces dernières saisons. Offensivement, c’est un latéral exceptionnel. Sans doute parce que c’est presque plus un ailier qu’un arrière droit d’ailleurs. Mais il a beaucoup de trop de sautes de concentration, il se replace mal, et il a encore fait une pré-saison inquiétante. Son contrat expire en 2015, il a un gros salaire, à moins de baisser ses prétentions salariales, je pense que Liverpool ne comptera plus sur lui. Surtout après la belle saison de Flanagan. Manquillo, c’est le gros point d’interrogation de ce mercato. Il ne compte que quelques matchs en Liga, il arrive avec un montage inhabituel (deux ans en prêt avec option d’achat). Il sort du centre de formation de l’Atlético, très performant ces dernières années, donc on va lui faire confiance, mais c’est vraiment l’anonyme de cet été.

A gauche, on attend toujours Alberto Moreno. Il aura peut-être signé quand tu publieras l’article. Lui est plus connu, il a fait une grosse saison avec Séville, c’est un latéral gauche offensif, école Jordi Alba, avec une bonne frappe aussi. Il a gagné l’Europa League la saison passée, il a failli aller à la Coupe du Monde. Liverpool le suit depuis pas mal de temps et le transfert traîne depuis le mois de juin. On parle de 20 millions d’euros, ce qui est assez correct quand tu vois Luke Shaw partir pour le double. Puis je n’oublie pas José Enrique, qui a ses faiblesses (trop de longs ballons, beaucoup trop) mais fait le boulot. Un bon back-up.

Pour moi, le vrai poste à pourvoir d’ici une ou deux saisons, c’est celui de milieu défensif. Gerrard a encore un ou deux ans dans les jambes, et après tu dois te demander quel est ton projet. Rodgers a réussi à prolonger sa carrière en le replacant en deep-lying playmaker, à la Pirlo/Busquets, mais c’est histoire de faire durer le crépuscule. Il avait même parlé d’un avenir en défense centrale pour Gerrard avant de le mettre finalement en 6. La question, c’est qu’est-ce que tu fais en 2015 ou en 2016, quand Stevie n’a vraiment plus les jambes ? Est-ce que tu fais confiance à Can, Henderson et Allen, ou est-ce que tu cherches un mec de classe mondiale pour jouer en 4-3-3, le système préféré de Rodgers ? Et où en sera Liverpool à ce moment-là ? Est-ce que tu seras capable d’attirer le futur Mascherano/Xabi Alonso à ce moment-là ? J’espère qu’ils ont déjà coché quelques noms. Je pense à William Carvalho par exemple. J’aurais bien aimé que Liverpool recrute Fernando au lieu de le laisser filer à City pour 15 petits millions, dommage. Et là, je lis que Manchester United est sur Nigel de Jong, une super idée selon moi, un joueur totalement sous-côté. Si Van Gaal l’aime bien, c’est que le mec est bon. Bref, c’est le prochain gros chantier, l’après-Gerrard.

Quel serait ton XI titulaire pour la saison à venir et comment s’articulerait ton schéma tactique ?

Difficile à dire. J’ai déjà répondu quelques fois et je crois que j’ai rarement donné le même, surtout que des blessures ont émaillé la préparation. Je ne pense pas qu’il y ait vraiment un 11 titulaire aujourd’hui. Des coachs comme Mourinho ou Guardiola, les patrons actuels, ne donnent pas vraiment de statut définitif hormis à quelques joueurs. Quelques gars seront titulaires indiscutables, mais la plupart des postes seront disputés. Si je devais vraiment donner un 11 pour le premier match contre Southampton, je partirais là-dessus : Mignolet – Johnson, Lovren, Sakho, José Enrique – Gerrard, Henderson, Can – Sterling, Coutinho, Sturridge.

Un 4-3-3 donc, parce que c’est le système évident maintenant que Suarez est parti. Qui peut facilement devenir un losange si tu décides de t’amuser avec le positionnement des attaquants. Mais l’attaque de Liverpool est de toute façon très fluide, Rodgers n’hésite pas à changer en cours de match. Coutinho a joué faux 9, ou deuxième attaquant dans un 4-4-1-1 durant la pré-saison. Jordan Henderson a joué sur l’aile droite, un poste qu’il a très peu connu la saison passée (je me souviens seulement d’un tel épisode à Anfield contre Fulham, victoire 4-0). Je ne pense pas qu’il y ait un titulaire évident parmi les recrues en dehors de Lovren, et peut-être Lallana, parce que Rodgers l’apprécie énormément. C’est aussi une critique adressée aux dirigeants de Liverpool par certains : beaucoup de squad players, mais pas tellement d’indiscutables.

Emre Can peut-il immédiatement être titulaire ? Es-tu pour un replacement de Sturridge dans l’axe, épaulé par Coutinho et Sterling sur les ailes ?

J’aime beaucoup Emre Can. Je crois que peu de gens le connaissent vraiment en fait. C’est la polyvalence même, qu’on parle des postes qu’il peut occuper ou des choses qu’il peut faire sur le terrain. Il est costaud, il a les épaules solides, mais dans le même temps une certaine finesse technique balle au pied. Tu vas le voir mettre Balotelli par terre, puis tenter un passement de jambes quelques minutes plus tard. C’est un joueur prêt pour la Premier League, il ne sera pas étonné par les contacts, alors que Mesut Özil (dont je suis fan) a parfois été surpris par certaines fautes non sifflées. Je me rappelle d’un pressing agressif de Henderson et de Coutinho à Anfield, il est mis par terre et attend un coup de sifflet qui ne vient jamais. Immédiatement titulaire pour Can, je ne pense pas. Mais ça rejoint la question précédente, il y aura peu de “titulaires”.

Sturridge dans l’axe et Sterling sur une aile, ce sont parmi les évidences de la pré-saison. Ce sont deux des rares titulaires dont je te parlais. Sturridge, c’est 21 buts la saison passée, tout en co-existant avec Suarez, qui lui a certes donné des bons ballons. Il a des stats fabuleuses depuis son arrivée, c’est un joueur hyper talentueux. En 2011, je l’avais vu jouer contre le Napoli avec Chelsea, il était placé sur l’aile droite à l’époque, et j’avais été impressionné. Il me rappelait Robben, dans la capacité à scorer et à repiquer depuis le côté, doué techniquement. Mais c’est un axial, un vrai, capable de jouer dos au but plus qu’on ne le pense, puis de partir très vite dans la profondeur. Sans oublier que c’est (devenu) un très bon finisseur. Il y avait des doutes sur son attitude, j’en avais en tout cas, alors que c’est juste un tchatcheur. C’est un hipster absolu d’ailleurs, sur son Instagram, tu crois qu’il vient de Berlin.

Sterling, c’est le joueur le plus impressionnant à cet âge-là qu’on a vu à Liverpool depuis Owen. Mais il est beaucoup plus complet qu’Owen. Il peut jouer sur l’aile, il peut jouer numéro 10. D’ailleurs, pour le premier match de l’Angleterre contre l’Italie à la Coupe du Monde, Hodgson le place derrière Sturridge. Il fait une première période énorme, il donne la passe à Rooney pour l’action du premier but. Il y a 1-1, l’Angleterre fait un bon match. Et au retour de la pause, Hodgson remet Rooney dans l’axe et fait passer Sterling à droite. Je n’ai toujours pas compris. Le jeu offensif anglais a été catastrophique. Sterling faisait souffrir tout le milieu italien, parce qu’il a des qualités parfaites pour exposer leurs faiblesses : lenteur, manque de vivacité. Il a encore été excellent en pré-saison, alors qu’il revient du Brésil, qu’il n’a pas eu une vraie préparation. Il est effrayant. On savait qu’il était fort depuis ses performances en équipes de jeunes à QPR puis à Liverpool, mais ça devient totalement fou. Dès qu’il entre en jeu, les Reds sont transformés.

Coutinho, c’est l’autre homme de cette pré-saison. Il n’est pas allé à la Coupe du Monde, alors qu’il y a quatre ans, quand il fait quelques matchs hyper prometteurs à l’Inter, tout le monde se dit qu’il va exploser. Du coup, il a eu une vraie pré-saison, physiquement il est en avance sur tous les mondialistes, je ne l’ai jamais vu aussi vif dans ses prises de balles. Je ne sais pas où Rodgers le fera jouer cette saison. Il peut occuper l’aile gauche, et être influent en investissant l’axe, mais la saison passée il a brillé en étant milieu intérieur gauche ou numéro 10 derrière deux attaquants. C’est un des meilleurs dribbleurs de Premier League, peut-être pas en stats, mais en fréquence de contact pied-ballon, il est diabolique. En stats, en revanche, c’est vraiment un des joueurs les mieux classés quand il s’agit de “through balls”, ces passes qui envoient l’attaquant en un contre un. Il ne marque pas encore assez, il vient du futsal, donc sa technique de frappe est différente, ça décolle rarement du sol. Il doit travailler dans ce domaine.

Sur l'exercice 2013/2014, Sturridge c'est 21 buts et 7 passes décisives en Premier League (crédits photo: zimbio.com)

Sur l’exercice 2013/2014, Sturridge c’est 21 buts et 7 passes décisives en Premier League (crédits photo: zimbio.com)

Peux-tu nous résumer brièvement la présaison en termes de compétition et quels sont les enseignements que l’on peut en retenir ?

On part sur des bases différentes de la saison passée, dans le sens où Rodgers n’a plus à faire jouer deux buteurs ensemble. Donc le losange a logiquement été quelque peu abandonné, même s’il a été tenté quand Rickie Lambert était sur le terrain. Sterling et Coutinho ont été les meilleurs, Coates a été satisfaisant, Can intéressant. Il y a eu des situations de jeu différentes, avec certains matchs qui ont plus tendu vers l’attaque placée et d’autres vers la contre-attaque. Je pense que le mot-clé, ce sera la flexibilité, comme la saison passée. C’est ce qui a fait le succès de Liverpool. Rodgers ne s’enfermera pas dans un dogme, comme il a failli le faire au départ, en parlant de la possession de balle comme assurance de victoire, ou de “mort donné par le football”.

Selon-toi, qu’est ce qui a coûté le titre à Liverpool l’année dernière ? Au niveau mental, penses-tu que cette lutte pour le titre a été bénéfique ou au contraire, aura/a eu un effet négatif ?

Premièrement, c’est une question que tu es heureux de te poser. Parce que ça aurait pu être “qu’est-ce qui a coûté le top 4 à Liverpool ?” fin décembre, quand tu perds contre Chelsea et Manchester City en quelques jours. Liverpool n’avait pas l’effectif pour le titre, et ça s’est vu dans des fins de matchs, notamment contre Chelsea au retour où Rodgers doit parier, et là le terme n’est pas galvaudé, sur une entrée de Iago Aspas pour déverrouiller la défense des Blues. Cela dit, c’est évidemment ce match qui fait perdre le titre, et ça a été un rappel que quand l’adversaire ne se découvrait pas, Liverpool avait des difficultés face aux bonnes équipes. C’est aussi là qu’il faut faire des progrès.

Niveau mental, je pense que la majorité de l’effectif va vite se remettre d’aplomb, parce qu’il est jeune. Et que certains des joueurs comme Daniel Sturridge ou Kolo Touré ont déjà gagné des titres majeurs. Je m’inquiète plus pour Steven Gerrard, qui avant la saison passée n’y croyait plus du tout et a vécu une terrible désillusion, dont il doit se sentir un peu coupable avec la glissade devant Demba Ba.

Concernant la défense, Lovren a signé à Liverpool. C’est un excellent défenseur et il l’a prouvé avec Southampton. Penses-tu qu’il part comme titulaire indiscutable ? Quelle serait ta formule préférée pour l’axe central de la défense ?

Oui, c’est un autre des titulaires indiscutables, avec Mignolet, Gerrard, Henderson, Sturridge et Sterling. J’ai une préférence pour un duo Sakho – Lovren, parce que Skrtel a des mauvais réflexes et qu’il est plus faible techniquement, mais j’ai peur que Rodgers ne veuille pas aligner les deux premiers ensemble, parce que Lovren a joué axe gauche toute sa carrière. Je continue de penser qu’on mésestime Sakho, notamment sa qualité de passe, moquée alors qu’il a régulièrement des transmissions verticales qui font avancer le bloc.

Je pense que la défense à quatre sera incontournable cette saison, et que ça oscillera entre un 4-3-3 et d’autres systèmes incorporant un numéro 10 selon les circonstances.

Que faire de Lucas, qui, malgré sa qualité footballistique a été rongé par les pépins physiques et ne semble plus dans le coup ? Gerrard peut-il encore « tenir la baraque » ? 

Lucas Leiva vit une carrière cruelle. Lors de ses deux-trois premières saisons à Liverpool, personne ne comprenait son jeu. Il n’était pas toujours bon, c’est vrai. Tout le monde le pointait du doigt. C’est un milieu formé numéro 10 qui est devenu progressivement numéro 6. De 2009 à 2012, il a été excellent. Vraiment. Il a réalisé des performances tonitruantes, alors qu’il n’avait pas souvent de très bons partenaires. C’est une recrue de Benitez entièrement, qui l’a fait venir à Liverpool et envisage de le recruter à Naples. Il a perdu beaucoup depuis ses blessures répétées fin 2011 puis en 2012. Il reste un des meilleurs tacleurs d’Angleterre, mais je ne pense pas qu’il redeviendra un jour un top player en Premier League. Le jeu va trop vite. En Italie, où le jeu de transition est moins prépondérant, il pourrait être un bon coup.

Pour toi, quel jeune joueur est à surveiller cette saison ? Qui peut exploser (sur le modèle d’un Sterling, par exemple) ?

Markovic, parce que ceux qui le connaissent le décrivent comme un très grand talent. On a évoqué Ibe plus tôt, et je pense qu’il peut faire quelque chose. Il est peut-être un peu plus “bourrin” que Sterling, mais il a le temps de s’affiner. Suso a un profil curieux, un super pied gauche, mais il part de très loin dans la hiérarchie cette saison. Ensuite, tu as des jeunes du centre de formation qui peuvent grappiller quelques minutes en cas de blessure. Des noms comme Rossiter, Chirivella, Wilson, ou Ojo. Kristoffer Peterson a marqué quelques buts durant la pré-saison. Celui qui me plaît le plus, c’est Cameron Brannagan, un milieu de terrain d’à peine 18 ans. Il est peut-être moins connu, mais il a une élégance et une finesse que tu remarques immédiatement. Le Barça a tenté de le recruter cet été d’ailleurs.

Le 3-5-2, une formule qui peut marcher pour Liverpool ? Quels sont selon-toi les points positifs de ce système pour le club ? Qu’est ce qui le rend risqué ? Le 4-3-3 est-il préférable ?

Avec le départ de Suarez, je ne vois pas le besoin d’un 3-5-2. Surtout que si tu veux mettre un numéro 10, tu passes du coup à un double pivot, et qu’avec Gerrard, c’est très dangereux en 2014. On l’a vu à la Coupe du Monde, où Hodgson s’est entêté avec un duo Gerrard – Henderson qui a fait du mal aux deux joueurs. Je pense que la défense à quatre sera incontournable cette saison, et que ça oscillera entre un 4-3-3 et d’autres systèmes incorporant un numéro 10 selon les circonstances.

Liverpool va retrouver la Ligue des Champions après quelques années de « disette », penses-tu qu’on peut évaluer approximativement le niveau des Reds par rapport à d’autres équipes européennes ? Si oui, comment serait ce niveau ?

Top 15 ? Je ne sais pas, c’est difficile. Ça fait 5 ans que Liverpool n’a plus joué la C1, le football européen a accéléré à une allure folle pour les 5 ou 6 plus gros clubs. Les effectifs du Real Madrid, du Bayern Munich, de Chelsea ou de Manchester City sont complètement fous. Et Rodgers n’a jamais disputé la Ligue des champions. Je ne m’inquiète pas pour lui, il a démontré depuis son arrivée à Swansea qu’il avait le niveau pour rivaliser avec les meilleurs coachs. Mais être performant tous les quatre jours est un défi qu’il va découvrir.

Comment vois-tu Liverpool figurer cette saison ? Quels sont tes souhaits, tes objectifs ? Par rapport aux autres équipes, où peut-on les situer ?

Un top 4 me satisferait complètement. Parce qu’il n’est pas du tout acquis. Manchester United a retrouvé un vrai coach, Tottenham a viré “Tactics Tim” et pris un super entraîneur avec Pochettino. Il y a raisonnablement six équipes pour quatre places, et puis Roberto Martinez avec Everton, un excellent coach. Chelsea et Manchester City me paraissent indéboulonnables, derrière tu as deux places à saisir. En Ligue des champions, sortir des poules serait sympa, mais être dans le chapeau 3 signifie que tu peux hériter d’un tirage sort compliqué. Surtout qu’il y a des équipes comme la Roma dans le chapeau 4. L’objectif, c’est de ré-établir Liverpool comme une grande équipe européenne. Et ça va prendre du temps.

Le décryptage tactique de Chelsea – Paris SG (2-0)

Si proche de son rêve après sa victoire au match aller (3-1), le Paris Saint-Germain n’a pas réussi à conserver son avance acquise lors du premier round de cette double confrontation, et ce malgré les statistiques qui le donnait largement favori avant la rencontre de ce soir. Chelsea et les hommes de José Mourinho ont donc inversé la tendance et réussi le miracle, bien aidés par les mauvais choix tactiques de leur adversaire du soir, l’absence de Zlatan Ibrahimovic et le coaching gagnant du Special One. Ce dernier confirme ainsi qu’il ne perd jamais en quart de finale de Ligue des Champions, supprimant de facto les hautes ambitions parisiennes de cette année.

Les effectifs

Longtemps incertain, Eto’o tient finalement sa place à la pointe de l’attaque londonienne. Au milieu de terrain, Ramires et Matic absents, Frank Lampard est titulaires aux côtés de David Luiz.

Longtemps incertain, Eto’o tient finalement sa place à la pointe de l’attaque londonienne. Au milieu de terrain, Ramires et Matic absents, Frank Lampard est titulaires aux côtés de David Luiz.

Avec l’absence d’Ibrahimovic, Laurent Blanc est condamné à utiliser Edinson Cavani en pointe. Lucas le remplace sur le côté droit, devant Jallet, qui conserve sa place au poste d’arrière droit.

Avec l’absence d’Ibrahimovic, Laurent Blanc est condamné à utiliser Edinson Cavani en pointe. Lucas le remplace sur le côté droit, devant Jallet, qui conserve sa place au poste d’arrière droit.

Un début de match équilibré, Paris tient le coup

Evidemment, les intentions de Chelsea divergent avec celles du match aller. Les hommes de José Mourinho sont condamnés à faire le jeu. Paris, bien en place, ne concède aucune occasion franche durant les premières minutes. Le club de la capitale est discipliné et, comme à l’aller, les Blues se trouvent dans la difficulté de créer la supériorité numérique dans l’axe du terrain en dépit des montées de Lampard, Hazard jouant très proche de la ligne de touche. C’est d’ailleurs vers le Belge que se multiplient les premiers ballons londoniens, et c’est souvent par de longs ballons que l’ancien Lillois est trouvé. Mais, comme à l’aller, Jallet contient bien son vis-à-vis.

L’image suivante détaille tous les longs ballons envoyés par Chelsea avant la sortie d’Eden Hazard. Celle-ci souligne le penchant des Blues vers le côté supposé "faible" du Paris Saint-Germain.

L’image suivante détaille tous les longs ballons envoyés par Chelsea avant la sortie d’Eden Hazard. Celle-ci souligne le penchant des Blues vers le côté supposé "faible" du Paris Saint-Germain.

A l’instar du match aller, Matuidi n’hésite pas à sortir de sa zone lorsqu’un joueur adverse tente de créer le surnombre au milieu. Ici, Willian tente d’aider dans l’axe mais est bien suivi par l’ancien Stéphanois.

A l’instar du match aller, Matuidi n’hésite pas à sortir de sa zone lorsqu’un joueur adverse tente de créer le surnombre au milieu. Ici, Willian tente d’aider dans l’axe mais est bien suivi par l’ancien Stéphanois.

Tous les centres effectués par Chelsea. Les Blues n’ont ainsi réussi qu’un seul centre sur 17, reflétant la difficulté de ces derniers à provoquer des soucis aux Parisiens par les côtés.

Tous les centres effectués par Chelsea. Les Blues n’ont ainsi réussi qu’un seul centre sur 17, reflétant la difficulté de ces derniers à provoquer des soucis aux Parisiens par les côtés.

L’absence d’Ibrahimovic préjudiciable, Cavani à côté de son match

En phase offensive, c’est justement Blaise Matuidi qui fait office de seule possibilité de danger pour ses partenaires. Le milieu de terrain parisien se balade régulièrement entre les lignes et s’est parfois retrouvé libre de tout marquage derrière la paire Lampard – David Luiz.

En une passe, Marco Verratti va éliminer le rideau principal de Chelsea et trouver Matuidi seul dans l'axe. Celui-ci a peu de solutions autour de lui mais parvient à lancer Lavezzi sur le côté gauche.

En une passe, Marco Verratti va éliminer le rideau principal de Chelsea et trouver Matuidi seul dans l’axe. Celui-ci a peu de solutions autour de lui mais parvient à lancer Lavezzi sur le côté gauche.

Paradoxalement, c’est ce danger que n’a jamais apporté le Paris Saint-Germain. Et c’est certainement la conséquence de l’absence de Zlatan Ibrahimovic. L’ancien Milanais, précieux à l’aller par ses décrochages un peu partout sur le terrain et notamment vers l’arrière pour créer ce surnombre au milieu de terrain, n’a pas trouvé en Cavani son remplaçant tactique idéal. L’Uruguayen a ainsi, tout au long de la rencontre, joué sur le côté, décrochant parfois à droite, comme si son partenaire suédois était présent en pointe de l’attaque. Seulement, ce n’était pas le cas, et quand Cavani se retrouvait sur l’aile, l’axe était par conséquent délaissé, malgré les vaines tentatives de repiquage de Lucas ou Lavezzi. L’espace entre le milieu et l’attaque étant trop important pour le PSG, c’est par les côtés qu’il tente de trouver refuge mais les deux ailiers parisiens sont en plus souvent bien bloqués par leurs adversaires directs, à savoir Cesar Azpilicueta et Branislav Ivanovic. Ainsi, Paris a souvent conservé le ballon mais sans trouver la faille en attaque. Cavani se procurera cependant deux grosses occasions, mais à la réception de longs ballons dans le dos de la défense des Blues.

Les passes adressées par Edinson Cavani dans le dernier tiers. On remarque que l'ex-Napolitain s'est toujours trouvé loin de l'axe du terrain pour apporter des solutions offensives.

Les passes adressées par Edinson Cavani dans le dernier tiers. On remarque que l’ex-Napolitain s’est toujours trouvé loin de l’axe du terrain pour apporter des solutions offensives.

La sortie d’Eden Hazard, un mal pour un bien ?

La partie était donc équilibrée durant le premier quart d’heure. Mais la sortie de celui qui devait débloquer la situation, Eden Hazard, a bouleversé le combat entre les deux équipes. José Mourinho a choisi de le remplacer par André Schurrle, peu en vue la semaine dernière dans un autre poste, celui d’attaquant. L’Allemand, a, au contraire d’Hazard, privilégié le jeu vers l’axe et a parfois offert a son équipe de nombreux appels vers l’intérieur, offrant plus tard les couloirs aux latéraux des Blues pour encore plus étouffer les Parisiens. Ces déplacements ont pu compenser ceux d’Eto’o lorsque ce dernier décrochait. Ce n’est pourtant que sur coup de pied arrêté que vient la solution en première mi-temps, puisque la première occasion du match est l’oeuvre d’un coup franc de Lampard dévié et sauvé de justesse par Sirigu (28ème minute). Le PSG paiera quelques minutes plus tard ses errements défensifs. En effet, c’est sur une longue touche d’Ivanovic que Chelsea ouvrira la marque, André Schurrle trop oublié par Lucas dont le marquage est trop laxiste. La suite de la première mi-temps ne sera que le reflet du début, la solution venant toujours sur coup de pied arrêtés (nouvelle occasion de Gary Cahill sur coup de pied arrêté).

On peut noter sur cette image que Schurrle s'est régulièrement trouvé dans l'axe, puisque ce fut sa zone préférentielle hier.

On peut noter sur cette image que Schurrle s’est régulièrement trouvé dans l’axe, puisque ce fut sa zone préférentielle hier.

Deuxième période

L’avantage acquis, il reste donc 45 minutes aux Blues pour réussir à marquer ce dernier but synonyme de qualification. C’est justement au retour des vestiaires que les Londoniens décident de stopper leur effort de possession et de laisser le ballon à leur adversaires. Ils retrouvent donc leur arme principale, à savoir la contre-attaque, grâce à laquelle ils touchent la barre par Schurrle, encore lui (51ème minute), puis sur le coup franc qui suit l’action (52ème minute). Au niveau des changements, Laurent Blanc agit très tôt et remplace Verratti par Yohan Cabaye mais l’ancien magpie n’apportera seulement qu’une option supplémentaire sur les côtés pour aider les attaquants parisiens sur le côté. A l’inverse, les changements adverses s’avéreront payants. A la 65ème minute, Mourinho fait sortir Frank Lampard pour Demba Ba. David Luiz, impressionnant hier soir, se retrouve ainsi seul devant la défense. Bien sûr, Chelsea s’expose donc plus facilement aux contres, mais de nombreux joueurs, comme Willian, toujours aussi précieux au pressing, redescendent dès que possible pour aider au milieu de terrain et compensent l’absence de Lampard. C’est à ce moment que l’équipe va pousser plus fort que jamais dans le but d’obtenir ce deuxième but, et ce sacrifice sera aussi illustré par l’entrée de Torres en lieu et place d’Oscar (81ème minute). Par l’intermédiaire de longs ballons vers l’avant et par une grosse pression effectuée à l’entrée de la surface parisienne, Chelsea trouve enfin la faille par Demba Ba à la 88ème minute.

Chelsea redevient redoutable en contre-attaque. Ici, le ballon récupéré dans les pieds de Verratti qui provoque une occasion.

Chelsea redevient redoutable en contre-attaque. Ici, le ballon récupéré dans les pieds de Verratti qui provoque une occasion.

Au bout de l'occasion, Oscar, tout seul à l'entrée de la surface, reçoit le ballon de la part d'Eto'o et sert Willian à droite. L'action aboutira à la transversale de Schurrle, puis à celle d'Oscar dans le coup franc qui a suivi.

Au bout de l’occasion, Oscar, tout seul à l’entrée de la surface, reçoit le ballon de la part d’Eto’o et sert Willian à droite. L’action aboutira à la transversale de Schurrle, puis à celle d’Oscar dans le coup franc qui a suivi.

Conclusion

Après la déroute reçue au Parc des Princes, Chelsea a donc accompli quelque chose de grand pour parvenir à surmonter l’obstacle parisien qui lui a posé des problèmes à l’aller mais moins au retour. Le PSG a certainement joué trop bas pour pouvoir exister dans cette rencontre, mais aurait sans aucun doute pu tuer le match si Cavani n’avait pas vendangé deux grosses occasions. Cavani justement, a aussi montré l’incapacité de son équipe à remplacer Zlatan Ibrahimovic, malgré les efforts de Lavezzi et Lucas, qui ont fait face à une défense musclée des Blues. Si Mourinho a utilisé la carte du contre lors de la première manche, il a joué son va-tout dans la seconde et cela a payé. Le Paris Saint-Germain échoue, pour la deuxième fois consécutive, aux portes des demi-finales.

 

Analyse également à retrouver sur France Football. Pour toutes les analyses, rendez-vous sur coupdufoulard.