Louis Van Gaal a t-il raison de s’obstiner avec le 3-5-2 ?

louis-van-gaal

Quatre matchs, zéro victoire. Tel est le bilan de Louis Van Gaal avec Manchester United depuis le début de la saison. Après chaque contre-performance, les critiques fusent sur l’entraîneur néerlandais pour son choix de débuter la campagne 2014-2015 en 3-5-2. Même la correction reçue face au MK Dons en Capital One Cup (4-0) en milieu de semaine n’a pas réussi à convaincre l’ancien sélectionneur des Pays-Bas de changer de système et c’est cette fois-ci, c’est Burnley qui a accroché les Red Devils samedi (0-0). Mais la détermination du coach Mancunien reste intacte, surtout avec les récentes arrivées de Daley Blind et Angel Di Maria. Mais ce système est-il fait pour Manchester United ? Tour d’horizon du système Van Gaal.

  • Un choix par défaut
  • Un recrutement qui colle au 3-5-2
    • Angel Di Maria
    • Blind & cie
  • Juste de la patience

Un choix par défaut

En Angleterre, le choix de jouer en 3-5-2 a longtemps paru impossible jusqu’à l’année dernière et la réussite de Steve Bruce avec Hull City, qui a perdu la finale de la FA Cup avec cette formation. Aligner trois défenseurs sur le terrain devient de plus en plus possible désormais, même pour Manchester United, qui n’a jamais cessé de débuter une rencontre avec quatre joueurs derrière et d’attaquants rapides sur les côtés ces dernières années.

Fort du succès des Pays-Bas à la Coupe du Monde avec qui il a atteint les demi-finales, Louis Van Gaal a décidé de renouveler le système qui lui tient désormais à coeur, le 3-5-2. S’il a choisi d’opter pour une telle tactique avec les Oranje, c’était avant tout pour faire face à la grave blessure de Kevin Strootman. Van Gaal est connu pour être un adepte du système à trois défenseurs. En 1992, il mène l’Ajax à la victoire en Coupe de l’UEFA face au Torino, avec en défense un certain… Danny Blind, père de la nouvelle recrue Mancunienne qui semble avoir les mêmes caractéristiques que son père. Trois ans plus tard, c’est en remportant la Ligue des Champions en 1995, contre le Milan de Capello (qui avait lui-même battu le Barça de Cruyff en finale un an plus tôt), qu’il atteint la gloire avec le club d’Amsterdam.

Pourtant, ce n’est qu’en mars dernier qu’il choisit le 3-5-2 comme système favori. Quand Manchester United le sollicite, il comprend vite que l’effectif de son futur club comporte des similitudes avec celui de sa sélection, et les mêmes questions se posent à lui : comment mettre les trois meilleurs joueurs de son effectif dans les meilleures conditions quand ces derniers sont des éléments offensifs, tout en gardant un équilibre défensif cohérent ? Au Brésil, il s’appuie sur le trio Sneijder – Robben – Van Persie; à Man U, il devra tout faire pour mettre en lumière le duo Van Persie – Rooney, ainsi que Juan Mata, arrivé au mercato d’hiver dernier et que Januzaj peut très bien suppléer, ce dernier ayant trop souvent été positionné sur un côté la saison passée. Pour Van Gaal, se priver d’un joueur comme l’ancien meneur de Chelsea en position de numéro 10 est du gâchis et le mettre sur un côté n’aiderait pas l’équipe à exploiter toutes ses capacités. De plus, la chance de disposer d’une doublette d’attaque parmi les meilleures du monde avec Rooney et Van Persie (quand ils sont en forme) doit aussi servir l’équipe. Hors de question donc de mettre un des trois joyaux du club dans une position qui ne lui est pas préférentielle.

Le 3-5-2 a ainsi été naturellement choisi par Louis Van Gaal. Ce système, inventé en 1982 par Ćiro Blažević, expérimenté par Bilardo avec Estudiantes la même année et rendu célèbre par les Croates (Zlatko Kranjčar, homme-clé de l’épopée 1982, coach en 1998 et Slaven Bilić, défenseur lors de la Coupe du Monde 1998 et sélectionneur en 2006, ont tous adoptés le 3-5-2), a notamment illuminé la Croatie de 1998 en France et qui a été éliminée en demi-finale par les Bleus. Il impose, comme le 3-4-3 dont est fidèle le Néerlandais, de disposer de deux défenseurs centraux cantonnés au marquage individuel, et d’un défenseur de rechange. L’effectif doit aussi comporter deux joueurs de côté, comme l’étaient Mario Stanic et Robert Jarni en 1998 avec la Croatie, dotés d’un bagage technique suffisant pour créer la supériorité numérique mais également d’un grand sens tactique pour éviter de laisser des brèches derrière eux.

Un recrutement qui colle au 3-5-2

Jouer en 4-2-3-1 comme l’année dernière sous David Moyes (avec Rooney en milieu offensif axial) condamnerait ainsi Juan Mata ou Adnan Januzaj et obligerait United à recruter des joueurs de côté, dans un secteur où le club est assez pauvre. L’autre option pouvait être un 4-4-2 losange, mais la défense centrale n’est pas le point fort des Red Devils et ni Carrick, ni Fletcher ne semblent disposés à jouer un rôle de sentinelle devant la défense. Cela uvant former un triangle défensif pour compenser les montées des latéraux très offensifs que sont Shaw ou Valencia, à l’image de ce que fait Busquets avec le Barça.

Angel Di Maria

Le problème de l’attaque réglé, Van Gaal a dès lors concentré tout son mercato sur le renforcement des autres postes importants et a tout fait pour avoir les joueurs convenant parfaitement à sa philosophie. L’investissement le plus important concerne Angel Di Maria, acheté au Real Madrid pour une soixantaine de millions de livres et devenant le plus gros transfert de l’histoire de la Premier League.

Pour LVG, une tactique à trois défenseurs offre une certaine sécurité défensive si ses hommes concèdent une contre-attaque et n’expose pas sa défense à un grand danger. Mais cela ne se valide qu’à la seule condition d’avoir des milieux capables de compenser les attaques des deux arrières latéraux censés apporter le surnombre offensif. Si la tâche incombée à Seedorf et Davids était plus compliquée à tenir en 1995 de part le rôle très offensif de ses attaquants, la mission de Di Maria sera identique cette année à Manchester. Le poste qui lui va à merveille dans le 3-5-2 est évidemment celui du joueur positionné à gauche du trident de l’entrejeu, à l’image de sa saison précédente avec le Real Madrid, où il fut le principal artisan de la victoire en Ligue des Champions. Il a compensé à merveille les errements défensifs de Cristiano Ronaldo et les montées de Fabio Coentrao ou Marcelo dans le 4-3-3 d’Ancelotti. Impressionnant d’activité, intelligent et prêt à se sacrifier pour l’équipe, il constitue un choix parfait de la part du coach mancunien. Il n’aura pas d’ailier à soutenir (sauf quand Rooney repique vers la gauche) et son rôle sera différent en Premier League, mais nul doute qu’il sera un des hommes forts du Manchester United version Van Gaal.

Face à Burnley, l’activité d’Angel Di Maria a fait de lui le premier homme du pressing mancunien, n’hésitant pas à sortir sur le porteur du ballon voire sur le gardien de but adverse, permettant ainsi une récupération rapide du ballon.

Evidemment, ses qualités offensives qui font de lui un des meilleurs joueurs du monde ne sont pas à négliger, surtout sur contre-attaque. Les quelques promesses entrevues ce week-end lors du déplacement à Burnley laissent entrevoir de bons présages pour l’Argentin.

Blind & cie

Les autres joueurs recrutés rentrent aussi dans cette optique. Parmi eux, Marcos Rojo, en attente d’un permis de travail, a été acheté 20 millions d’euros au Sporting Portugal pour devenir le défenseur central gauche de United. Polyvalent et pouvant jouer aussi arrière gauche, il renforce la défense décimée des Red Devils. Van Gaal compte aussi beaucoup sur Ander Herrera, l’ancien milieu de terrain de l’Athletic Bilbao pour compléter l’entrejeu. Luke Shaw est quant à lui un arrière gauche offensif comme Manchester en a besoin.

Enfin l’arrivée la plus récente et peut-être la plus importante est celle de Daley Blind, arraché à l’Ajax d’Amsterdam. Positionné arrière gauche à la Coupe du Monde avec les Pays-Bas, il peut également occuper le poste de sentinelle ou être un des deux éléments d’un double pivot. Louis Van Gaal le connaît parfaitement bien et sait mieux que personne la plus-value qu’il peut apporter.

Selon LVG, "Dans le football moderne, les défenseurs centraux sont devenus aujourd’hui de vrais meneurs de jeu". Il explique ainsi que le numéro 10 ne peut plus contrôler à lui seul le match comme auparavant. Dans toutes ses équipes à trois défenseurs, il a donné les clés du jeu à son numéro 4 (Wim Jonk en 1992, Riijkard en 1995) qui était généralement doté d’une grande technique. Hiddink a aussi utilisé Seedorf, qui n’est pas un défenseur naturel, à ce poste. Si l’ancien entraîneur du Bayern a fait de Danny Blind un de ses joueurs clés dans son Ajax des années 90, il peut aussi faire de même avec Daley. Contrairement à son père, il n’est pas libéro; mais si le défenseur central gauche de Van Gaal doit être capable de réaliser des passes longues comme l’était De Boer, alors Daley Blind est l’homme parfait pour ce rôle, s’il évolue dans l’axe de la défense, comme en témoigne sa superbe passe lointaine contre l’Espagne pour la tête incroyable de Van Persie. Di Maria a aussi montré qu’il en était capable contre Burnley.

Juste de la patience

Si les résultats actuels ne parlent pas pour lui, Louis Van Gaal semble cependant bénéficier d’un privilège que n’avait pas David Moyes : du temps. Le coach reconnaît lui-même qu’il "charge beaucoup les cerveaux de ses joueurs, et cela demande du temps". Comme il l’a rappelé en conférence de presse, ses débuts ont toujours été poussifs dans ses anciens clubs même s’il a fini par remporter des titres. Révolutionner tactiquement un club historique comme Manchester United n’est pas chose aisée. La famille Glazer, propriétaire du club, a accepté d’accorder du temps à l’ancien sélectionneur des Oranje avant de le faire signer.

Après le nul face à Sunderland, Van Gaal a affirmé qu’il était envieux de ses adversaires du jour, qui n’avait qu’un seul joueur à la Coupe du Monde. Manchester, lui, avait 16 joueurs partis lors du mois de juin et ces absences ont tronqué leur préparation. Cette dernière, pas aidée non plus par le voyage aux USA cet été. Certains joueurs doivent aussi s’adapter à leurs nouveaux postes, comme Ashley Young, qui doit désormais jouer dans un rôle plus exigeant défensivement. Les Red Devils ont aussi quelques blessés et attendent ces retours ainsi que l’arrivée des recrues dont l’absence a obligé LVG a faire jouer beaucoup de jeunes comme Blackett et les frères Keane.

Après quelques mois, l’équipe entière sera certainement mieux rôdée. Louis Van Gaal est sûr de lui et convaincu que le 3-5-2 est le meilleur système pour jouir des pleines qualités de chaque joueur de son effectif. Pour lui, la tactique prime plus que l’effectif, et il a axé son recrutement en fonction de sa philosophie que ses hommes doivent désormais imprégner.

Sacha Dahan

WBA : c’est quoi ça ?

Soccer - Barclays Premier League - West Bromwich Albion v Wolverhampton Wanderers - The Hawthorns

West Bromwich Albion. Si ce nom est certainement le plus pourri de la Premier League et le club l’un des moins médiatisés en France, PetitPontMoulon n’en a que faire. Supporter des Baggies et académicien spécialisé du club sur Horsjeu.net, « PPM » joue pour la première fois le rôle de l’invité afin de donner son avis sur le mercato du club, ses objectifs, et son début de saison.

Après la montée en 2010, West Bromwich a réussi trois saison très correctes (11ème en 2011, 10ème en 2012, 8ème en 2013) avant de se sauver de justesse l’an dernier (17ème). A tes yeux, c’est juste une erreur de parcours ou le mal est plus profond que ça ?

Je pense que le club s’est assis sur ses lauriers après avoir fait deux ou trois saisons plutôt correctes. L’année dernière, au delà de l’histoire "Anelka", le club a multiplié les choix curieux. L’équipe est aussi très faible défensivement et le club n’a pas l’air décidé à y remédier. Attention donc.

Durant le mercato, le club a connu énormément de mouvements avec pas moins de 10 arrivées et un nombre de départs quasi-similaire. Ce grand coup de balais était-il nécessaire à tes yeux ?

Au mercato hivernal dernier, seul Diego Lugano était venu "renforcer" la défense. Le joueur était très utile sur les coups de pieds arrêtés mais est bien trop lent, malgré un placement souvent très juste. Cette année, l’arrivé de Lescott est intéressante et le jeune Wisdom (prêté par Liverpool) sera à surveiller.

Les arrivées de joueurs comme Lescott, Varela, Ideye et surtout le grand Samaras, t’en penses quoi ? On suppose l’amoureux du football vrai dois se réjouir de l’arrivée de beau Georgios…

Je suis clairement satisfait des arrivées de Samaras (qui était libre) et de Varela (prêté par Porto). Brown Ideye, j’ai été dans un premier temps heureux mais quelque chose me dit qu’il ne faudra certainement pas que je m’enflamme. J’avais eu le même sentiment avec Anichebe. Les spécialistes de la Premier League le connaissent, et pas forcément en bien.

Concernant Samaras, c’est un vaillant. Il m’a toujours plu. J’avoue. Mais j’évite de m’enflammer avec WBA désormais. Attendons de voir ce qu’il peut faire aujourd’hui en Premier League, lui qui avait été plutôt performant avec City, il y a maintenant 6 saisons.

Après deux journées de championnat le club a réussi deux matchs nuls, face à Sunderland (2-2) et à Southampton (0-0). Comment juges-tu ce début de championnat ?

Disons que quand tu suis régulièrement West Brom, le premier nul face à Sunderland est une habitude. Un match valeureux, du jeu malgré beaucoup de Kick&Rush, mais une défense maladroite et déconcentrée dans les dernières minutes. Éternel recommencement.

Au final, les objectifs de  West Bromwich Albion cette saison c’est quoi ? Le maintien façon Guy Roux ? Un exploit en coupe ?

J’ai trop de respect pour Guy Roux pour le comparer aux différents entraîneurs passés par WBA (rires). Plus sérieusement, je pense qu’un exploit en coupe est compliqué. Il n’y a qu’à voir le dernier match de coupe de la ligue contre Oxford mardi soir (1/1 – TaB 7/6) pour voir que ce n’est pas la spécialité de l’équipe.

Pour ce qui est du championnat, jouer le maintien est peut être (malheureusement) un bon résumé des objectifs même si comme la plupart des équipes de second rang, il y a toujours une envie de faire mieux que de se battre pour se maintenir. Réponse dans une dizaine de matchs.

On a été un peu trop sérieux pour le moment. Si tu devais comparer ton équipe de WBA a une équipe de Ligue 1,  laquelle serait-elle ?

Evian défensivement. Lorient dans le jeu offensif. Tu mélanges le tout et tu as des matchs emballés avec parfois du très beau jeu, et parfois d’énormes désillusions.

Toi qui es également supporter de l’OM tu es plutôt Nwankwo Kanu ou Brandao ? Histoire de comparer ce qui est comparable dans les histoires respectives des deux clubs. 

Brandao. Sans hésiter.

Difficile de finir cette interview sans te poser LA question que tout le monde se pose : comment devient-on amoureux d’un club comme West Bromwich Albion ?

Honnêtement, je ne vais pas te mentir. Mon cœur ne bat que pour l’OM. Mais, toujours en toute honnêteté, les matchs de West Brom m’ont toujours plu. Et le nom du club passe bien. J’ai surtout vibré il y’a 2 ans lorsqu’ils ont battu Liverpool à domicile. Anfield était silencieux (ndlr, pléonasme). J’adore. Et puis maintenant ça me permet d’écrire des académies pour l’excellent site HorsJeu.net.

N’hésitez pas à suivre Petit Pont Moulon sur Twitter (@PetitPontMoulon), et retrouvez ses articles sur Lefootballvrai et sur HorsJeu

Di Maria à Manchester United : oui mais pour jouer où ?

louis+van+gaal-3-1024x1024

En signant Angel Di Maria, Manchester United a réalisé l’un des plus gros coups de ce mercato. Gros par le montant tout d’abord (75M€ + entre 5 et 15M€ bonus), ce qui en fait le transfert record pour un club anglais. Mais aussi pour le plus que ce joueur peut apporter à un effectif qui avait indéniablement besoin d’un coup de boost après un exercice 2013/2014 en demi-teinte. Néanmoins, ce recrutement risque de créer un véritable casse-tête à Louis Van Gaal par rapport au rôle qu’il souhaite confier à Di Maria sur le terrain.

Di Maria, retour à un rôle d’ailier ?

 Si Angel Di Maria a éclairé le jeu du Real Madrid l’an dernier en jouant milieu relayeur aux côtés de Modric et de Xabi Alonso, il semble en effet plus compliqué pour lui d’occuper ce rôle dans le 3-5-2 mis en place par Louis Van Gaal. Au niveau de la physionomie actuelle, Fletcher et Herrera semble tenir la corde dans le rôle des milieux juste devant la défense, en attendant le retour de blessure de Carrick. La logique voudrait que Di Maria prenne alors place sur une aile, plus précisément celle détenue actuellement par Ashley Young. Mais est-ce réellement le bon choix ? Dans le schéma du 3-5-2, ce poste nécessite de beaucoup courir et de défendre constamment sur les montées des latéraux adverses. Or si Di Maria a déjà prouvé par le passé que c’était un ailier de grande qualité, il n’a jamais eu l’âme d’un grand défenseur. Lui faire perdre de l’énergie en défendant sur 90 minutes semble être une solution peu adéquate à son type de jeu.

3-5-2 avec Di Maria

ManUntd - Football tactics and formations

Le choix d’un 4-4-2 pourrait permettre à Di Maria de retrouver un vrai rôle d’ailier. Sur l’aile gauche avec Luke Shaw derrière lui, ou sur l’autre aile avec un Valencia ou un Phil Jones (Van Gaal ne semblant pas compter sur Rafael). On se retrouverait donc avec Mata et Di Maria sur les ailes… ce qui pose le problème d’avoir deux gauchers, choix rarement plébiscité par les entraineurs.

4-4-2 avec Di Maria 

Manchester United - Football tactics and formations

Le 4-2-3-1 serait alors une option plus que plausible avec Di Maria sur l’aile droite, Mata à gauche et Rooney en numéro 10 qui pourrait permuter facilement avec l’espagnol afin d’offrir une plus grande liberté à un joueur qui ne demande qu’à s’exprimer dans un rôle de meneur de jeu.

Le 4-2-3-1 avec Di Maria

Manchester United 4-2-3-1 with Di Maria - Premier League - Football tactics and formations

Mais Di Maria ailier, est-ce réellement la bonne solution ? L’an dernier, l’Argentin a explosé en tant que milieu relayeur au Real Madrid, réalisant sa meilleure saison dans la capitale espagnole depuis son arrivée au club en 2010. Ses statistiques parlent d’elles-mêmes : 12 buts mais surtout 25 passes décisives toutes compétitions confondues et une influence capitale sur le jeu offensif des Merengues. Van Gaal n’aurait-il-pas intérêt à s’adapter au nouveau rôle de sa nouvelle star ?

Le 4-3-3  : comme une évidence ?

Et si elle était là, la véritable solution : une défense à quatre – Rafael (voir Valencia), Jones, Rojo, Shaw -, un milieu composé de Carrick-Herrera-Di Maria, et une ligne de trois devant Mata- Van Persie-Rooney. Ce dispositif apportait un réel plus à cette équipe de Manchester qui manque cruellement d’un milieu capable de faire le relai entre la défense et l’attaque. Les deux premiers matchs de la saison ont montré toutes les difficultés de l’équipe à créer du mouvement offensivement, si bien que Mata et même Rooney doivent aller chercher les ballons dans leur propre camp. Avoir une solution comme Di Maria dans ce milieu permettrait d’avoir un réel détonateur qui pourrait porter rapidement le ballon devant, especially (la rédaction parle mal le français et voulait absolument faire un néologisme) avec un joueur comme Herrera. En effet, l’espagnol a une grande capacité à ressortir le ballon proprement et intelligemment, ce qui n’est pas sans rappeler l’entente que possédait Di Maria avec des joueurs comme Modric ou Xabi Alonso l’an dernier.

4-3-3 avec Di Maria 

Man U - Football tactics and formations

Le point noir de ce dispositif a toutefois été soulevé par Van Gaal après le match face à Sunderland dans une interview au Guardian : « Si je veux jouer en 4-3-3, je dois choisir entre Rooney et Van Persie, par exemple. Chaque système à ses différentes priorités et cela nécessite des choix. Je suis un fan du 4-3-3, ce système étant notamment intéressant pour le pressing mais je pense qu’avec ces deux joueurs là, nous devons jouer dans un autre système ».  Vrai dans un 4-3-3 classique, mais ce dernier peut facilement se transformer en 4-3-1-2, ce qui placerait Mata directement en position de numéro 10 derrière Van Persie et Rooney, sans bouger le milieu à trois dont ferait parti Di Maria

Le 4-3-1-2 avec Di Maria 

Man U - Football tactics and formations

Et le discours de l’entraineur néerlandais semble aller dans ce sens après l’arrivée de Di Maria et la débâcle reçue face à Milton Keynes (4-0) en Coupe mardi soir : " Avec Di Maria, nous pouvons changer de système. Il peut jouer au milieu ou sur les ailes". Un discours qui semble déjà bien loin de celui affiché le week-end dernier…

 Alors, premier élément de réponse afin d’indiquer la futur formation pour l’opposition du week-end face à Burnley ou ultime intox ? Lui seul connait la réponse. Et nous sommes tous curieux de connaître cette dernière.


Julien Choquet

Fan inconditionnel de Manchester United, j’alimente ma passion avec les inspirations de Robin Van Persie et les passes en retrait géniales de Tom Cleverley. Aspirant journaliste sportif, j’essaierais d’être le plus neutre possible sur ce blog. Sauf quand je parlerai de Liverpool. Et de City.

Everton : Les Toffees ont faim

La classe à Dallas

La classe à Dallas

On continue notre petit tour d’horizon des clubs de Premier League. Aujourd’hui, ce sont les Toffees d’Everton qui vont être au centre de l’attention. Roberto Martinez a repris le club à l’été 2013 et le club n’a cesser de progresser depuis lors. Everton grappille des places au classement d’année en année pour finalement terminer à la 5e place l’année passée. Everton peut-il passer l’échelon supérieur ? C’est ce que nous allons essayer de savoir.

Pour en parler, Loïc, supérieur assidu des Toffees, a accepté de répondre à nos questions. Il tient depuis 1 an et demi le compte @FrenchToffees sur Twitter où il vous tiendra au courant de tout ce qui touche de près ou de loin à Everton.

Beaucoup d’éléments de l’effectif étaient des joueurs prêtés la saison passée. Cela va-t-il se ressentir cette année selon toi ?

Pas forcément, puisque nous sommes parvenus à faire signer Barry et Lukaku. C’est dommage de ne pas avoir pu conserver Deulofeu, mais aucune option d’achat n’était incluse dans le prêt donc on s’y était préparé au préalable. Certaines rumeurs de prolongation de prêt ont commencé à s’éparpiller sur le net au printemps dernier, mais on savait très bien que ça n’allait pas pouvoir se faire, car le Barça a toujours souhaité le récupérer en juin. On a participé à son développement et c’est plutôt une bonne chose car il a réalisé une très bonne saison chez nous, et c’est ce qu’on gardera en mémoire. Je ne m’étendrai pas sur le cas Traoré, blessé une grande partie de la saison et que vous n’avons quasiment pas vu sous le maillot Bleu, et c’est bien dommage.

Il manque cependant un ou deux éléments au niveau de la défense. On a vu la saison passée qu’en cas de pépins physiques ou de coup de moins bien venant de certains joueurs, on était un peu juste en termes de possibilités.

Barry a été signé libre de tout contrat. Lukaku acheté définitivement. Atsu en prêt. Besic recruté. Que penses-tu de ce recrutement ? Quel(s) poste(s) reste(nt) malgré tout à pourvoir ? Penses-tu qu’ils le seront ? Dans le cas contraire, l’effectif est-il assez fourni ?

Dans la mesure où Gareth Barry et Romelu Lukaku ont été deux de nos principaux atouts la saison passée, il est évident qu’on ne peut être que satisfaits de ces deux signatures. Ce dernier est resté en contact avec le staff et une majorité de joueurs d’Everton avant, pendant et après le Mondial. Nous n’étions sûrs de rien mais restions intimement persuadés qu’il allait poser le stylo sur le papier une seconde fois.

Concernant les nouvelles recrues, je connaissais – comme pas mal de gens – Besic depuis cet été seulement, depuis son Mondial plus que satisfaisant. Quand j’ai su que Roberto Martinez le suivait depuis quelques mois déjà, je me suis mis à rechercher son nom sur le net (histoire de rattraper mon retard sur ses performances dans le championnat hongrois), et je suis tombé sur quelques phases d’attaque plutôt surprenantes. C’est un joueur technique et agile, qui correspond à peu près (pour ne pas dire complètement) à notre façon de voir le jeu. Et ça n’a pas loupé, Besic a impressionné lors de son premier match en amical avec les Blues. Un peu trop fougueux et énervé sur le terrain face à Paderborn, il a montré qu’il savait se montrer agressif, un peu trop. Beaucoup de qualités donc, même s’il doit faire attention sur ce dernier point. Concernant Atsu, là aussi, Martinez le voulait absolument et on lisait ce nom un peu partout depuis plusieurs mois à Everton. Très bon avec le Ghana et la saison passée à Arnhem, je ne peux qu’être satisfait.

Il manque cependant un ou deux éléments au niveau de la défense. On a vu la saison passée qu’en cas de pépins physiques ou de coup de moins bien venant de certains joueurs, on était un peu juste en termes de possibilités. Même si quelques jeunes ont montré de très jolies choses lors de l’intersaison, je pense effectivement que nous aurions besoin d’un défenseur central qui puisse dépanner à droite car Hibbert commence à avoir un peu de mal à doubler Coleman. Ensuite, je ne suis pas contre une nouvelle option offensive, mais l’urgence n’est pas la même.

L’arrivée de Roberto Martinez a coïncidé avec l’excellente saison d’Everton. Quel impact a-t-il eu au club ? Quelles sont ses forces ?

Moyes a installé une certaine base sur le jeu d’Everton, ce n’était donc pas si simple de prendre son relai. Martinez a su rajouter les bons ingrédients à cette base. Un peu bête à dire, mais sa culture de jeu espagnole n’est pas étrangère à sa période à Wigan. Il aime le collectif, le jeu offensif, et ça nous a plutôt réussi ces derniers mois.

Quel sera selon toi le onze « titulaire » d’Everton cette saison ? Sera-t-il supérieur qualitativement à celui du précédent épisode ?

Howard; Baines, Distin, Jagielka, Coleman; Barry, McCarthy; Barkley, Mirallas, McGeady; Lukaku. Possibilité d’inclure Pienaar à gauche. Atsu, Besic et Naismith (voire Osman) auraient aussi leur place dans ce XI type. Ne pas oublier que nous aurons besoin d’un certain turn-over car nous jouerons la Ligue Europa.

Mis à part Deulofeu, nous n’avons perdu aucun joueur important de l’effectif. Nous avons au contraire récupérer certains éléments blessés de longue date comme Pienaar et Gibson. Oviedo et Koné sont aussi sur le point de faire leur retour. À cela s’ajoutent les signatures intelligentes de Roberto. Je pense que nous pouvons nous montrer encore plus dangereux offensivement.

Peux-tu nous parler de Barkley ? Il est vu comme un très grand espoir du foot anglais. Penses-tu qu’il peut continuer de progresser et confirmer son talent cette saison ? (ndlr : à l’écriture de ces quelques lignes, la grave blessure du joueur n’était pas connue. En effet, il pourrait être absent jusqu’à 5 mois)

Pur produit de la maison, Barkley est une des révélations de PL la saison passée. Il est encore très jeune, on a tendance à l’oublier, et je pense en effet qu’il peut encore évoluer. Il s’est montré excellent lors de plusieurs matchs, je ne serais pas surpris, malheureusement pour nous, s’il ne résistait pas aux sirènes de quelques gros clubs européens qui le suivent déjà à la trace. À moins qu’il souhaite rester très longtemps, comme il l’a dit lors de sa récente prolongation, mais bon, le football…

2

Lukaku a été acheté pour près de 30M€ ce qui représente une très grosse somme. Est-ce qu’il les vaut ? Comment le mettre dans les meilleures conditions pour qu’il brille ?

Ce débat ne rime plus à grand-chose dans le football. L’argent est tellement présent qu’on fait semblant d’être étonné lorsqu’un très bon jeune est vendu pour une somme astronomique… Que dire des transferts de certains clubs cet été ? On a vu des sommes bien plus importantes (le double, voire le triple de cette somme-là !). Difficile d’affirmer que tel joueur vaut ou ne vaut pas tel somme d’argent, ça ne veut tellement plus rien dire… Ce que je sais, c’est que même si Everton était à fond sur Lukaku, d’autres clubs souhaitaient également le faire signer. Que fait un club/un entraîneur lorsqu’un jeune est suivi de près par plusieurs clubs ? Il en demande toujours plus, et c’est ce qu’a fait Mourinho.

Pour en venir aux conditions, il a forcément besoin de bons éléments latéraux, et il me semble que c’est le cas chez nous, pour pouvoir briller. Il n’est pas parfait, et reste un jeune joueur, je pense que comme Barkley, c’est un talent en évolution.

Distin a réalisé une saison de haute volée. Avec Jagielka, Everton s’est montré solide. Baines est toujours là malgré les rumeurs de départ et Coleman ne cesse de progresser. Que penses-tu de cette défense ? A-t-elle les armes pour tenir le choc ?

On ne va pas se mentir, cette défense a été l’une des plus solides de PL la saison dernière. Les gars se connaissent par cœur et c’est franchement difficile de faire bouger la hiérarchie en défense. Distin n’est plus tout jeune, mais reste excellent en général. Il nous faudrait cependant préparer l’avenir en piochant dans l’équipe U21, et c’est ce qu’a commencé à faire Roberto Martinez cet été. Cette défense-là peut complètement réitérer les performances de la saison passée, dans la mesure où le staff médical prend un peu plus soin d’elle…

1

Quel est selon toi le secteur le plus fort d’Everton ? Le plus faible ? Et pourquoi ?

Le secteur défensif est pour moi l’atout principal de notre club. En revanche, le souci c’est quand tu as un ou plusieurs joueurs offensifs importants qui se blessent, que tu ne reconnais plus ton équipe, que tu t’ennuies en les regardant. Cela nous est arrivé en fin de saison, quand Arsenal a rattrapé son retard sur nous. J’imagine que ça devient compliqué quand tu ne trouves plus tes automatismes.

Quels sont les jeunes joueurs à suivre cette saison ?

Je pourrais te sortir une bonne dizaine de noms de très bons jeunes qui constituent la fameuse School of Science. Browning, Garbutt, Long, McAleny sont les plus proches de l’équipe première. À la manière de Barkley et Duffy il y a 2-3 saisons, je ne serais pas surpris de les voir grappiller des bouts de match au fil de la saison.

8e en 2010, 7e en 2011 et 2012, 6e en 2013 et 5e en 2014… Si je suis la logique, nous pouvons être prétendants au top 4. Ce serait l’idéal, mais dans la réalité des choses, nous visons le top 5.

A Everton, le collectif semble être la grande force de l’équipe. Que penses-tu de cela ? Peut-on mettre en avant un joueur plus qu’un autre malgré tout ?

Il est vrai que le collectif, que j’ai pointé du doigt un peu plus haut, est certainement notre point fort, notre principale arme. Nous bénéficions de talents en devenir, de très bons jeunes internationaux, et quelques trentenaires gaillards. Lukaku, Barkley, Mirallas, Howard, Baines, Coleman, Jags… Difficile de mettre en avant un unique joueur.

Qu’attends-tu de cette saison ? A quoi Everton peut-il prétendre selon toi ?

8e en 2010, 7e en 2011 et 2012, 6e en 2013 et 5e en 2014… Si je suis la logique, nous pouvons être prétendants au top 4. Ce serait l’idéal, mais dans la réalité des choses, nous visons le top 5. Les grosses écuries du championnat se sont considérablement renforcées, et la prise de poste de van Gaal ne devrait faire que remonter un MU en panique par rapport au précédent exercice. Une 5e place nous réserverait une nouvelle place directe pour l’Europa League, à laquelle nous allons d’ailleurs participer cette saison. J’aimerais beaucoup que les joueurs s’arrachent dans cette compétition. Nous avons été une des « surprises » de PL la saison passée, pourquoi ne pas tenter le coup en Europe ? Notre effectif s’est enrichi, et si nous jouons de la même manière, voire mieux, que la saison passée, alors il n’y a pas de raison de ne pas croire à un top 5.

Bonus My Premier League : que penses-tu de Tim Cahill ?

Un héros, adoré par chaque Evertonian. Il a fait notre bonheur pendant huit saisons et est un peu notre Dieu moderne, à la manière d’Henry à Arsenal.

Je n’oublie pas les légendaires Dixie Dean, Graeme Sharp, Kevin Ratcliffe, Dave Watson, Brian Labone, Howard Kendall… Mais surtout Neville Southall et Duncan Ferguson, qui font partie de l’Histoire d’Everton et de la PL plus généralement.

Jeremy Docteur

Manchester United : en quête de rachat

2

Nous y sommes. La saison de Premier League vient (enfin) de reprendre ses droits. Manchester City remet son titre en jeu pour cet exercice 2014/2015. Après avoir présenté les équipes d’Arsenal, Liverpool et Queens Park Rangers, l’heure est venue de s’attarder sur Manchester United. Les Reds Devils, plus que décevants la saison passée auront à coeur d’effacer de leur mémoire un dénouement désastreux en 2014.

Pour en parler, nous avons avec nous Luke Seafer, rédac chef adjoint d’Horsjeu.net, le site à la limite du footballistiquement correct. Entre autres activités pour le site, il revient chaque semaine, via la Raide et Vile Academy, sur le quotidien et les performances de Manchester United en binôme avec sonacolyte Wayne Boulet : Mauvaise foi, humour borderline, heavy metal et Satan rythment leurs papiers publiés semaine après semaine. Vous pouvez retrouver Luke sur Twitter @Luke_Seafer

Manchester United a recruté plusieurs jeunes joueurs cet été (Herrera, Shaw…) à des prix conséquents. A l’inverse, plusieurs cadres sont partis (Vidic, Evra, Ferdinand…). Penses-tu qu’en termes de qualité intrinsèque, l’effectif soit supérieur à l’année passée ?

Cette saison amorce le vrai virage attendu depuis le départ de Sir Alex Ferguson. Le passage David Moyes a été en quelque sorte un faux départ. Intrinsèquement il est difficile à dire si le niveau de l’effectif a baissé. Les cadres que tu cites n’étaient plus à leur niveau d’antan, malgré quelques sursauts de temps à autres, entrecoupés de blessures et de prestations à la limite du dramatique. Reste que l’on a perdu des mecs qui avaient dans le vestiaire un impact sur le groupe. On laisse quand même filer le capitaine (Vidic) et le vice-capitaine (Evra) et bien sûr, même s’il est désormais la droite de van Gaal, Giggs, le plus grand joueur que United n’ait jamais eu. Donc pour ce qu’ont représenté un jour tous ces joueurs, il est évident que l’on perd quelque chose, un pan de l’histoire du club et que cela risque de se ressentir. Les nouveaux arrivants, Shaw et Herrera sont jeunes et forcément manquent d’expérience au plus haut niveau. Alors l’effectif en terme de vécu, en termes de connaissances des grandes joutes pourrait en pâtir, même si Rooney, Fletcher, van Persie ou Carrick sont là pour combler les pertes et mener le groupe, désormais. Et puis van Gaal qui a dirigé des grandes équipes sera là pour compenser, surtout qu’il adore bosser avec les jeunes… Pour ce qui est des prix payés pour les deux recrues, ils ne me "choquent" pas. Southampton négocie bien, Manchester paie toujours cher des joueurs achetés à des voisins et il faut se dire qu’avec lui on est censé être tranquilles pour 15 ans. Herrera il a fallu payer la clause, c’est comme ça mais au moins on a fini par l’avoir.
Bon, ça commence bien, première question et je ne suis pas foutu d’émettre une réponse claire et concise. Disons que de manière pragmatique, j’imagine que l’effectif baisse en qualité, surtout que tous les départs ne sont pas compensés, mais il y a de quoi rapidement donner une nouvelle dynamique au groupe, surtout que l’on n’a pas l’Europe pour venir nous plomber le calendrier cette saison.

Que penses-tu du départ des trois cadres mentionnés ci-dessus ? Ces trois joueurs ont un jour formé une défense très solide pour Man Utd. A quoi ressemble la défense du club aujourd’hui ?

Les départs des trois joueurs étaient inévitables. A la rigueur, le seul que j’aurais vu faire une saison supplémentaire avec nous, c’est Evra, parce que peu importe ce qu’on a pu lui reprocher à plus ou moins juste titre, il restait un joueur costaud, capable d’enchaîner les matchs. Pour ce qui est de Vidic même s’il montrait des sursauts d’orgueil, l’impact physique de la Premier League ne lui convenait plus. Il a sans doute été à une période le meilleur défenseur du monde, mais ses genoux ont fini par lâcher et malgré toute son implication et son fighting spirit, il lui était difficile de tenir le rythme. Pour Ferdinand c’est comme Vidic… Mais en pire. Il semblait sur la dernière saison complètement à l’ouest, perdu dans son jeu et capable de prendre le bouillon contre n’importe quel joueur qui croisait sa route. Oui, Amalfitano, oui. La faute à des blessures au dos là encore, mais je pense, aussi, à un certain manque d’implication. Je ne remets pas en cause ce qu’il a été pour le club mais à un moment…
Cette défense (et je n’oublie pas Neville qui complétait le carré et qui a su s’arrêter à temps, il faut le rappeler) m’a fait vibrer évidemment et je n’en garderai que des bons souvenirs, malgré les ratés de ces derniers temps. Je ne les remercierai jamais assez en tant que supporter.
Mais du coup, aujourd’hui tout cela laisse un grand vide. Trois sont partis et seul Evra a été "remplacé" par Shaw, et encore, comme Patrice le dit si bien, "ce n’est pas si facile de remplacer Patrice Evra". On a donc aujourd’hui un latéral gauche, le petit Luke, qui vient de se blesser pour un mois, Rafael à droite et au centre, Evans régulier mais sans doute pas assez "doué" pour l’échelon supérieur, Smalling qui peine à confirmer et Jones auquel je crois énormément, qui doit apprendre à se canaliser un peu, même si son côté chien fou me plaît aussi. Voilà, à l’heure actuelle les 5 pros qui, si on se base sur le schéma de van Gaal, vont pourvoir les 5 postes disponibles… Bon… On a vu quelques jeunes sur les matchs de préparation : Michael Keane d’abord, qui promettait de grandes choses il y a deux trois ans, a malheureusement confirmé sa stagnation et s’est montré régulièrement dépassé par les événements… Bon après, stopper un Gareth Bale ne s’apprend pas en 15 minutes… Et puis le second Tyler Blackett, a paru plus "sécurisant" et peut jouer au centre comme à gauche, ce qui n’est pas du luxe. A voir si van Gaal renouvellera sa confiance envers lui. Globalement, ça manque quand même d’expérience, c’est flagrant, mais encore une fois, on se renouvelle cette saison…

Il arrive avec ses idées, il veut un jeu qui presse très haut, une équipe qui joue vite et vers l’avant ce qui faisait terriblement défaut la saison passée : on se contentait de faire tourner la balle et de tenter des centres au troisième poteau.

Selon toi, quel(s) poste(s) restent-ils à pourvoir lors de ce mercato ?

C’est évidemment la défense qu’il faut renforcer. On parle de l’arrivée de Vidal, un vrai running gag, le joueur est très bon, mais je pense que notre milieu de terrain à déjà de quoi se montrer à son avantage… Bon, s’il vient je ne vais pas me plaindre non plus, loin de là. Mais vraiment la défense comme je le disais prévoit cinq postes si l’on se base sur le schéma de van Gaal et l’on a à l’heure actuelle seulement cinq joueurs crédibles pour les postes. Cinq joueurs qui manquent pour certains de talent et surtout ont une propension affolante à se blesser. On ne peut pas imaginer faire une saison solide si l’on n’ajoute pas au moins deux joueurs dans le tas. Hummels est évoqué régulièrement, Rojo aussi. Le premier serait une aubaine, même si à en croire Klopp son transfert est un délire de journalistes. Reste que je continue à y croire, le club semble enclin à lâcher les billets cet été alors sait-on jamais. En tout cas de par son talent et son expérience à très haut niveau il serait parfait. Rojo en revanche a certes fait une belle Coupe du monde alors que personne ne l’avait vu venir, mais rien ne garantit son rendement sur une saison dans un club autrement plus ambitieux et exigeant que le Sporting. Si ça ne coûte pas un bras, pourquoi pas. De toute façon les défenseurs talentueux et polyvalents sur le marché ça ne court pas les rues cet été.
Ah tiens, maintenant que j’y pense, j’ai aussi lu la rumeur Nigel de Jong (bon en même temps tous les joueurs des Pays-Bas ont été annoncés à United cet été) et ça m’a rendu nostalgique de Roy Keane. Un mec qui rien qu’en foutant les pieds sur la pelouse plombait les adversaires. Un pitbull c’est sans doute ce qui nous a manqué ces dernières années. Je suis même près à lui pardonner son passage chez les mecs d’à côté.

1

Après une saison pour le moins mouvementée, où en est le club ? Van Gaal a-t-il déjà installé sa « patte » ?

Ce bon vieux Louis le Goitre a déjà posé sa patte c’est certain puisqu’il n’a pas hésité à bazarder le bon vieux 4-4-2 de Fergie pour tenter un 3-5-2 ou 5-3-2, c’est selon, totalement inédit au club… Enfin je crois. Il arrive avec ses idées, il veut un jeu qui presse très haut, une équipe qui joue vite et vers l’avant ce qui faisait terriblement défaut la saison passée : on se contentait de faire tourner la balle et de tenter des centres au troisième poteau. Il est difficile de te dire où en est concrètement le club, il aborde sa phase de reconstruction, van Gaal veut offrir un nouvel élan, mettre les joueurs "en danger", les sortir de la zone de confort dans laquelle ils avaient fini par s’endormir après des saisons pleines de succès.

Peux-tu nous raconter comment s’est déroulée la présaison ? Il y a-t-il des essais, des changements ?

La préparation a été plutôt satisfaisante vu que l’on a brillamment remporté la fameuse International Champions Cup (ça en jette hein ?) au dépens d’équipes plutôt solides et renommées (renommée, renommée, qui es-tu renommée?). Et évidemment ne serait-ce donc que par ce nouveau schéma de jeu, on a vu plein de choses nouvelles. D’abord quelques jeunes montrer leur nez (Blackett et Keane donc, mais aussi Lingaard et James au milieu de terrain) avec plus ou moins de succès… On a vu Rooney retrouver la pointe de l’attaque (même si l’absence de van Persie y est pour quelque chose), Kagawa et Mata ont joué plus reculé et ont retrouvé un poste plus axial, Fletcher a enchaîné les rencontres… On a même vu Ashley Young claquer un doublé contre le Real, alors niveau innovation et surprises on a été servi. Après, van Gaal se cherche encore c’est certain.
La plus grosse évolution est évidemment la défense à trois centraux mais avec le turn-over effectué, difficile d’en tirer des conclusions.  Herrera, au milieu, est à mon avis celui qui a tiré son épingle du jeu sur cette présaison, il a semblé se fondre dans la tactique et le collectif avec une aisance déconcertante. On en parle déjà comme du nouveau Scholes. Bon. Tout va quand même un peu trop vite des fois.
La présaison pour faire court est encourageante, mais comme nous ne sommes pas chez Footmercato, je ne vais pas tirer des conclusions tout de suite. On fera le bilan à la fin de la saison, on va prendre les matches les uns après les autres, comme dirait n’importe quel joueur au micro d’Olivier Tallaron.

Van Gaal semble vouloir jouer en 3-5-2 comme il le faisait avec les Pays-Bas. Qu’en penses-tu ? A-t-il les joueurs nécessaires pour le faire ? Sont-ils assez disciplinés tactiquement ?

C’est un choix audacieux que je soutiens totalement (comme s’il en avait quelque chose à faire). L’arrivée de van Gaal ne m’enchantait pas en premier lieu, un club comme Manchester United a un côté "hors du temps" avec son coach et ses joueurs fidèles, on construit pour durer, pas par à-coups et Louis est plus un mec qui reste 18 mois et fini par se barrer avec pertes et fracas.  Reste que la saison passée a fait prendre conscience qu’il nous fallait un électrochoc, tellement le groupe s’était empâté. Et avec le recul, le Néerlandais semble l’un des plus qualifiés pour pareille mission.
Les Pays-Bas ont été séduisants sur cette Coupe du monde et je ne parle pas que des déboulés de Robben. Avec un groupe jeune et inexpérimenté, il a réussi à se hisser en demi-finale. Donc s’il parvient à nous rendre compétitif, à nous faire à nouveau vibrer avec un jeu léché (porté disparu à Old Trafford depuis 3-4 ans) je dis banco. Même si, au risque de me répéter (en fait non je me répète), l’effectif est trop léger défensivement pour rester dans ce schéma tout au long de la saison si l’on anticipe les blessés et la fatigue.
Après je ne me fais pas de soucis au niveau de la discipline. Les joueurs savent en faire preuve, parfois trop, le jeu du club ayant été sur les dernières saisons académiques à en pleurer.

Avec un calendrier allégé, nous aurons les moyens de nous concentrer avant tout sur la Premier League et revenir au premier rang me semble avant tout signifier une bonne place en championnat [...] Parler du titre est en revanche compliqué.

Penses-tu que van Gaal s’entêtera avec son système s’il ne fonctionne guère ? Quel système avantagerait Manchester United si tel était le cas ?

Pour ce qui est d’un éventuel changement, van Gaal n’est pas, comme certains, surnommé, "le fou" (de dwaas en néerlandais) donc j’ose imaginer qu’il changera. Le 3-5-2 n’est pas son schéma "fétiche" et à la base tout le monde l’imaginait poser un bon vieux 4-3-3 des familles. C’est sans doute une option qu’il a sous le coude et qui me semble simple à mettre en place avec l’effectif actuel, même s’il se poserait la question de la position de Rooney : en pointe à la place de van Persie ? Sur une aile ? Au milieu de terrain alors qu’il boude quand c’est le cas ? Il trouvera bien une solution. Au pire van Persie se fera les croisés en octobre et le problème sera réglé.

Quel est, selon toi, le XI « premier » de Manchester ?

A l’heure actuelle je vois quelque chose comme :
De Gea
Rafael (ou Valencia) / Smalling / Jones / Evans / Shaw (une fois revenu de blessure)
Fletcher / Mata / Herrera
Rooney / van Persie

Manchester United ne jouera aucune compétition européenne cette saison. Ainsi, et d’une certaine manière c’est paradoxal, beaucoup de personnes soutiennent que le club va revenir au premier rang. Certains voient même Manchester United comme un sérieux candidat au titre. Quel est ton avis sur ce postulat ?

Ça ne me paraît pas si paradoxal que ça dans la mesure où, avec un calendrier allégé, nous aurons les moyens de nous concentrer avant tout sur la Premier League et revenir au premier rang me semble avant tout signifier une bonne place en championnat, parce qu’évidemment en Europe, c’est les vacances ce coup-ci.
Parler du titre est en revanche compliqué. Il manque encore quelques joueurs dans l’effectif et notamment (attentions surprise) un défenseur pour chapeauter le tout derrière. Manchester City (burps, pardon) et Chelsea semblent les mieux armés et les plus avancés pour partir à l’assaut du sommet du classement. En revanche le fameux Big Four est l’objectif minimum à se fixer. Il y a évidemment Liverpool, Arsenal et Tottenham, voire Everton qui vont se ruer dans la bagarre aussi, mais en termes de qualités intrinsèques je ne pense pas que l’on soit surclassé à l’heure du coup d’envoi de cette nouvelle saison. Et puis si van Gaal ravive la flamme, le fighting spirit "légendaire" de United, qui sait ce que l’on n’est capable de faire ? Notre dernier titre il y a deux saisons s’est avant tout gagné là-dessus, parce que Fergie savait transcender tout ce petit monde. A notre nouvel entraîneur de prouver qu’il peut en faire autant. Et j’ai envie d’être optimiste après une saison passée à me flageller.

3

En étant placé au centre du dispositif de van Gaal aussi bien tactiquement que symboliquement, il a toutes les cartes en main pour montrer qu’il est de la trempe des plus grands.

Rooney semble avoir retrouvé une certaine forme récemment. Quel sera son rôle cette saison ? Dans quelles conditions peut-il briller à nouveau ? Va-t-il être associé à van Persie ? Si oui, que penses-tu de cette association ?

Ah Rooney… Bon, déjà il vient d’hériter du brassard de capitaine et c’est un signal fort : van Gaal compte sur lui pour tirer tout le monde vers le haut. C’est un joueur caractériel, on peut lui reprocher ses coups de pressions "mercatesques" pour faire revaloriser son contrat, mais on ne peut pas ignorer le fait que sur le terrain il se met minable à chaque fois peu importe les circonstances. Placé derrière van Persie, en électron libre, me semble pour lui la position toute trouvée et ça tombe bien c’est le poste qu’il occupe le plus souvent, pour moi aucune raison que ça change. Il faudra juste qu’il évite de marcher sur les plates-bandes de Mata ou Kagawa dans le rond central…
On a beaucoup parlé de ses difficultés à jouer avec Robin à grand renfort de statistiques du genre "haha, il ne se sont fait que deux passes sur tout le dernier match blablabla". Bon sang, la saison dernière, personne ne trouvait personne sur le terrain, aucun joueur n’était foutu de combiner avec un autre. Avec un jeu plus fluide, une équipe "pilotée" avec un peu plus de conviction depuis le banc, je ne vois pas pourquoi les deux ne pourraient pas s’entendre, malgré leurs caractères bien trempés. Il y a deux ans, ça fonctionnait plutôt bien.
Reste que son nouveau rôle de "leader officiel" devra lui faire comprendre qu’il va falloir laisser de côté les petits pétages de câbles, les tacles presque "cantonesques" dus à l’agacement et j’en passe. Louis van Gaal est capable de faire cohabiter les joueurs caractériels, les joueurs imbus d’eux-mêmes, à fort égo pour la simple et bonne raison que de toute façon, il en a un plus gros qu’eux (un égo hein). En étant placé au centre du dispositif de van Gaal aussi bien tactiquement que symboliquement, il a toutes les cartes en main pour montrer qu’il est de la trempe des plus grands. C’est une saison test pour lui en particulier.

Si tu devais mettre en avant un ou plusieurs jeunes joueurs qui pourraient bien en impressionner plus d’un cette saison, qui seraient-ils ?

Je ne vais surprendre personne en citant Adnan Januzaj. S’il y a bien eu un motif d’excitation la saison dernière c’est lui (enfin avec De Gea et ses matchs stratosphériques). Il est techniquement surdoué, capable de jouer sur l’aile comme dans l’axe, il a du culot, parfois un peu trop, garde encore trop sa balle par instant (alors que sa vision de jeu a mis quelques défenseurs sur le derrière), mais il y a tellement de talent que l’on ne peut faire autre chose que d’attendre impatiemment sa seconde saison avec nous.
Après je n’ai pas de "pépite" à mettre en avant parmi les jeunes du centre. Même si l’on parle souvent de Lingard comme d’un un joueur lui aussi très prometteur, capable de créer des brèches et de faire paniquer les défenses adverses sur une accélération ou un crochet, les embouteillages au milieu de terrain risquent de ne pas lui laisser beaucoup de place pour ce qui est de temps de jeu.
Enfin, même s’il est moins "jeune" j’espère que Jones aura enfin une saison sans pépin pour passer un cap. Il n’y a pas plus talentueux et polyvalent que lui parmi les défenseurs anglais.

Qu’est ce qui, pour toi, a provoqué l’incroyable déroute du dernier épisode ? Moyes était-il responsable à 100% ? Quelle est la responsabilité de Sir Alex Ferguson ?

Diantre, c’est une vaste question. Bon. Ferguson a fait ce qu’il pensait de mieux pour le club, n’en déplaise aux amateurs de théories du complot illuminatis qui ont avancé qu’il avait fait exprès de prendre un "mauvais" coach pour rester "celui qui a réussi, celui qui savait" et ne pas se faire "oublier" de sitôt. Le choix de Moyes m’a paru logique vu son profil similaire à Fergie dans les grandes lignes : écossais, en place en Premier League avec le même club depuis plus de 10 ans, avec des résultats satisfaisants à son échelle développant un jeu simple et efficace.
Reste que ce pauvre David s’est retrouvé le séant entre deux chaises (je fais un effort pour rester poli). D’un côté, il a voulu faire table rase du staff et a laissé partir tout le monde. Première erreur, sans doute la plus grosse. L’équipe d’entraîneurs autour de Ferguson faisait du bon boulot, connaissait les joueurs etc. Dans le même temps, il n’a absolument pas remis l’équipe en question. Il a pris en main un vestiaire avec des mecs qui avaient tout gagné mais qui commençaient à en pâtir, à se reposer sur leurs acquis et c’était visible depuis deux-trois saisons. Quitte à faire le ménage sur le banc, il aurait pu en faire un peu aussi dans l’effectif. Or, la seule recrue a été Fellaini dans des circonstances risibles.
La seule erreur de Ferguson a été d’avancer qu’il laissait un groupe paré pour l’avenir. Conneries, l’effectif était vieillissant et comme je l’ai dit plus haut, empâté. Un mec avec l’aura de Fergie pouvait sans doute encore les secouer quand il le fallait, mais quelqu’un comme Moyes qui a paru renfermé, coincé, n’a pas du tout su les secouer. Et tactiquement ça a été la bérézina. Il a essayé le 4-4-2 puis parfois sans raison un peu de 4-2-3-1 puis de 4-3-3, mais sans remettre les joueurs en question encore une fois. C’était plutôt un synonyme d’impuissance que de réflexion. L’achat de Mata est aussi symptomatique de cette impuissance. Il l’a acheté alors que son profil ne convenait pas au schéma que l’on a déployait la plupart du temps. Alors il l’a mis sur l’aile, histoire de, parce que bon, quand même, le mec n’est pas dégueu. C’est comme Fergie avec Kagawa en ailier gauche, du gâchis. Mais il fallait essayer de rassurer le public, le faire rêver un peu en signant un "nom".
J’ai eu de la peine pour Moyes, j’ai même paradoxalement gueulé au moment de son renvoi. J’aurais aimé qu’il ait une seconde chance, un second été pour nous prouver qu’il avait une idée, une vision. Bon, la famille Glazer n’avait pas la même envie…
Après je ne le tiens pas pour seul responsable. Je te parlais du manque d’implication de Ferdinand plus haut et d’autres joueurs en ont été coupables, van Persie en tête… Et tu ajoutes à ça la foire aux blessures, tu as un scénario cauchemar pour n’importe quel coach.

Le club peut-il immédiatement se relever de cet affront ? Quels sont les éléments qui iraient dans ce sens ?

Evidemment que l’équipe va s’en relever. On parle de Manchester United ! Plus sérieusement, au-delà  des résultats des matchs de préparation, les joueurs ont paru plus qu’enthousiastes en travaillant avec van Gaal qui sous ses airs de père fouettard est avant tout un mec juste, mesuré et qui reconnaît le mérite de chacun. Et puis son palmarès, forcément, lui donne une légitimité qui manquait à Moyes, malheureusement pour ce dernier.
Par ailleurs, le nouveau schéma de jeu redistribue les cartes, quand tu vois Young faire des bons matchs, certains doivent se sentir en danger. Tout le monde va devoir se bouger, surtout les anciens. Le retour de Fletcher au premier plan, en espérant que ça dure, est aussi une excellente nouvelle. Ce mec transpire United à mort et c’est ce genre de joueur qui peut insuffler la rage de vaincre que l’on a perdue. Manchester a encore un bon petit lot de joueurs de la maison et c’est aussi, à l’image d’Arsenal ce qui en fait un club "différent". On a des gars qui auront, et sans doute que l’on me trouvera fleur bleue pour ce genre de pensées, envie d’effacer l’affront de la saison passée, comme tu le dis si bien.

Quelles sont tes attentes personnelles pour la saison à venir ? L’objectif doit-il être une coupe ? Qu’est ce qui te satisferait ?

Je veux que United recommence à faire peur aux gros. Pas seulement à Arsenal. Voilà, mes attentes sont plutôt simples… Après, si l’on peut avoir en bonus un jeu attractif, je ne vais pas me plaindre. Peut-être que l’un n’ira pas sans l’autre d’ailleurs, en tout cas dans la tête de van Gaal, ça a l’air d’être le cas. J’espère évidemment que Rooney sera un capitaine digne de ce nom, que Jones donc aura une saison complète pour passer la vitesse supérieure. J’espère voir Kagawa jouer dans l’axe et qu’il me prouve que je ne m’égosille pas à réclamer ses titularisations pour rien. Je crois aussi beaucoup en Welbeck. Le potentiel et la polyvalence sont là. Pour moi il ne serait pas idiot de lui laisser sa chance sur l’aile gauche par exemple, avec sa puissance, il pourrait faire des dégâts. Il lui manque un (gros) soupçon de précision au pied…
L’objectif du club doit être le Big Four et sur le podium si possible. Après une coupe je ne vais pas cracher dessus, mine de rien, ça commence à faire un bout de temps qu’on n’a pas soulevé un truc à Wembley, hors Community Shield, rendons justice à Moyes. Mais bon, je veux vraiment voir l’équipe se comporter comme il faut en championnat avant tout, le renouveau passera par là.

Jeremy Docteur

Swansea v Manchester United : d’une perspective galloise

Ce 16 août 2014, le monde aura les yeux braqués sur Swansea City. Enfin, plus précisément le monde aura les yeux braqués sur l’adversaire du club gallois : Manchester United. Avec en suspens  cette question : « de quelle taille sera la valise prise par les Gallois ? ». La plupart penchent pour une samsonite grand format, spéciale long voyage, pendant que les autres voient un petit sac cabine. Personnellement, je crois qu’il est tout à fait possible que les Swans se barrent en douce avec le portefeuille des Mancuniens. Voici ma petite présentation des forces en présence.

La Premier League reprend le chemin des terrains. Ce n’était pas trop tôt. Parce que c’est sympa de se manger la crème du football mondial qui s’affronte sous le soleil, mais après ça laisse un vide assez horrible.

Réaction humaine face à ce déni d’une réalité quotidienne sevrée de football : on suit les transferts. Les rumeurs sont moquées, traquées, épiées et décortiquées. Les fans de Newcastle pleurent, ceux de Stoke se préparent à chanter à la gloire des nouveaux venus, et les consommateurs de Chelsea et City se tapent des discussions de PMU sur le prix de la viande de joueur cette année. Bref, dans son coin tout ce beau monde s’active.

Côté Manchester United je ne vais pas vous refaire le résumé de l’été, suffit d’aller voir partout et vous l’aurez, ce résumé. Même si le plus complet sur les activités du club sera certainement d’aller voir : ici . Plus sérieusement, pour faire face à la saison décevante que le club a traversé l’année passée (7e, pire classement de l’histoire d’United en PL) un changement d’encadrement a eu lieu. Le pélican Louis Van Gaal est arrivé, amenant une nouvelle philosophie de jeu en 3-5-2 qui va devoir faire ses preuves sur les terrains du Royaume-Uni. Les quelques recrues peu onéreuses (80M€ pour Shaw et Herrera…) vont devoir participer à cette opération reconquête. Pour leur première à domicile, les Reds Devils seront privés de Shaw déjà blessé et de Van Persie qui est actuellement entre deux courtes périodes où son corps le laisse en paix. Je pense qu’il est plutôt bon aussi de rappeler que Manchester jouera privé de sa défense. Bah ouais, en même temps quand tu alignes un trio derrière composé de Evans/Smalling/Jones t’as intérêt de garder le ballon le plus loin possible de ton but.

La défense à 3 de United au meilleur de sa forme en amical.

La défense à 3 de United au meilleur de sa forme en amical.

Bon en face y’a donc Swansea, la belle équipe. L’année passée fut mouvementée car pour la première fois depuis plusieurs saisons (vraiment très loin même) l’entraîneur a été remercié en cours d’année. Laudrup a d’abord été remplacé de façon temporaire par Garry Monk (toujours joueur dans l’effectif, prends ça Giggs), avant que le beau Garry soit conforté à l’inter-saison.

J’en profite pour vous rappeler ici que le club gallois est le seul de PL à être détenu à hauteur de 20% par les supporters. Tout s’est joué au tournant des années 2000, alors en banqueroute un investissement des fans a sauvé le club d’une fin certaine. Depuis, la gestion économique est fondamentale dans la ligne directrice du club. C’est d’ailleurs ce qui a rendu possible le scoutisme de qualité dont les Swans ont fait preuve avec des recrutements qualité/prix/état d’esprit irréprochables (Williams, Michu, Fabianski gratuit…).

Pour cette saison, l’effectif a subi des changements assez particuliers. Plusieurs « cadres » ont levé le camp, certainement aidés par le départ de Laudrup aux Emirats. On compte ainsi Vorm et Michu (blessés l’année passée), respectivement envoyés à Tottenham et au Napoli. De Guzman voulait rester (mon chouchou, mon amour, le bel homme), ces « gentils messieurs dames » de Villareal l’ont rappelé de prêt. Certainement pour être revendu. [QPR est sur les rangs, je vais m'ouvrir les veines et je reviens]. Chico et Davies, deux cadres de la défense ont été vendu. Le premier part rejoindre Laudrup, le deuxième suit Vorm à Tottenham. On ne va pas se mentir ces deux-là sont une perte, surtout le jeune gallois. Enfin au milieu, Pablo Hernandez a lui aussi été envoyé aux Emirats. Je suis vraiment triste pour ce joueur qui aura un peu loupé sa carrière alors qu’il avait tout pour exploser. En tout cas, il a participé à la victoire de Swansea en League Cup il y a deux ans. Il a même publié un communiqué de remerciement sur le site du club, merci à lui.

Finalement, les départs ont déjà été complétés. Comme d’habitude au Pays de Galles, on ne vend que quand on est certain de pouvoir compenser immédiatement les pertes. Dans les faits, Fabianski arrive libre pour remplacer Vorm. Federico Fernandez (Naples) passe sa visite médicale en début de semaine pour remplacer Chico, sacré coup, même à 8.5 millions.

Au milieu Pablo Hernandez est remplacé par Sigurdsson (Spurs, échange avec Vorm/Davies). L’Islandais est bien connu du Liberty Stadium puisqu’il a déjà joué chez nous en prêt une saison, un excellent souvenir d’ailleurs ! Au milieu, afin de remplacer De Guzman (quelle tristesse…) il y a ce merveilleux Ki de retour de prêt à Sunderland. Ce joueur, pour ceux qui ne le connaissent pas, est un râteau. Il ratisse tous les ballons avant de les bonifier comme un manche.

« 42 » est bien la réponse à la question sur la Vie, l'Univers et le Reste (Allez lire H2G2).

« 42 » est bien la réponse à la question sur la Vie, l’Univers et le Reste (Allez lire H2G2).

Côté défensif, Davies a déjà deux remplaçants dans l’effectif, dont Taylor l’ancien titulaire qui s’était cassé la jambe en taclant et se bloquant la jambe dans la pelouse. Gros bonheur donc.

Enfin, la recrue du mercato côté Swans c’est bien Gomis. L’ancien lyonnais est arrivé gratuit au Pays de Galles. Mais son salaire est un souci gigantesque à mes yeux. Bon j’ai déjà expliqué tout cela ici mais dernièrement Monk a essayé de l’associer à Bony, ce ne fût pas une énorme réussite mais je pense que ce type de duo verra le duo dans les matchs où un verrou sera à forcer. Par exemple contre Leicester dès le second match.

Personnellement, je pense que les gallois se présenteront une fois de plus en 4-2-3-1 demain.

Non seulement il faudra profiter du manque de repère tactique dont Manchester pourrait souffrir, mais en plus c’est une formation solide utilisée depuis la League One par le club. Elle est donc parfaitement maîtrisée et elle conviendra dans les phases de contre qui se présenteront demain.

Finalement, la composition de Swansea devrait se présenter ainsi, avec un grand yolo en défense suite aux départs de Chico et Davies.

            Fabianski

Rangel/Williams (C)/Amat (Bartley?)/Taylor

 Britton/Ki (Canas?)

 Dyer/Routledge en flèches sur les ailes

 Shelvey en 10

 Bony en pointe.

Deuxième compo posssible, Monk a fumé et balance un 4-4-2 des familles :

            Fabianski

 Rangel/Williams (C)/Amat (Bartley?)/Taylor

 Sigurdsson/Shelvey/Britton/Routledge

Gomis-Bony

L'état du but de United après la frappe de Bony demain après-midi.

L’état du but de United après la frappe de Bony demain après-midi.

Clairement, dans les deux cas je penche pour un match ouvert qui se terminera avec au moins 4 buts de marqués. J’annonce donc un 2-2 de Swansea à Old Trafford et on n’en parle plus. J’apprécierais tout de même ne pas prendre une valise contre United d’entrée de jeu comme l’année passée.

Je reviendrais rapidement pour vous faire une présentation complète des gallois une fois que la ronde des transferts sera terminée ! Bonne reprise à vous.

@Donass

Preview: QPR avec l’objectif d’apprendre des erreurs du passé

Un peu plus d’un an après la descente honteuse en Championship, les Queens Park Rangers sont de retour en Premier League. Les principaux acteurs sont toujours là, que ce soit Harry Redknapp ou le président Tony Fernandes, mais le discours a changé et l’effectif aussi, avec pour but d’éviter le même résultat qu’il y a deux saisons.Derby+County+v+Queens+Park+Rangers+Sky+Bet+nMZLhGSA45tl

Un retour dans l’élite plus que compliqué

Si QPR peut se targuer d’être une des rares équipes à parvenir à remonter directement en Premier League, cela fut extrêmement incertain jusqu’au bout. En effet, malgré un début de saison solide, avec une défense infranchissable et la nouvelle recrue offensive, Charlie Austin pour aligner les buts, cet équilibre allait très tôt être mis à mal; l’un des coachs du club, Steve McClaren allait quitter le club pour reprendre le poste de numéro un à Derby County, et Charlie Austin allait se blesser, en janvier. Ainsi, envolée la sérénité défensive des R’s, et les arrivées de Ravel Morrison, Kevin Doyle, et Modibo Maiga ne suffiraient pas à combler le vide laissé par l’absence du solide attaquant anglais. De ce fait, QPR glissa, de la deuxième place, pour devoir finalement lutter pour une participation aux Play-Off.

La participations aux Play-Off assurée en toute fin de saison, QPR dut tout d’abord se débarasser de Wigan, en deux manches, dont la deuxième marquant le retour aux affaires de Charlie Austin, lequel inscrivit deux goals pour éliminer le club du nord de l’Angleterre, et ensuite rencontrer l’équipe en forme, Derby County, dans une finale à Wembley qui s’annonçait plus que compliquée. Ironie du sort, que cette opposition face aux Rams de Steve McClaren, qui était encore à Loftus Road sept mois auparavant, et qui allait dresser sa talentueuse équipe sur le chemin des londoniens. Et contre toutes attentes, ce fut Bobby Zamora, au bout du temps additionnel, qui permit a des Rangers à 10 contre 11 de sortir du purgatoire après une saison seulement.

Zamora envoyant QPR en Premier League. (I: Zimbio)

Zamora envoyant QPR en Premier League. (I: Zimbio)

Les Transferts: Un changement de philosophie

Pour préparer leur retour dans l’élite, le président Fernandes, appuyé par Redknapp, ont seriné qu’un vent de changement, lancé l’été dernier, soufflait à présent sur le club de West-London. Terminé les joueurs sur-payés, vieillissants et pas franchement motivés comme ce fut le cas sous Mark Hughes, comme Ji-Sung Park, Bosingwa, et autres mercenaires. QPR ne pouvait plus être un club où de bons joueurs viennent mourrir, comme l’a répété le vice-capitaine Joe Barton. A présent, l’équipe serait bâti sur des jeunes talents ayant quelque chose à prouver, et des vétérans irréprochables pour guider les plus jeunes. Si cela a déjà été appliqué la saison dernière, avec notamment les transferts des talents du Championship, Austin, de Burnley, ou Matt Phillips, de Blackpool, ou encore des tauliers en la présence de Richard Dunne, ou Karl Henry.

Si tous les regards étaient tournés sur Redknapp et Fernandes lors du début de la période des transferts, la tâche n’allait pas être facile, avec moins de quinze joueurs encore sous contrat, et donc, d’énormes manques à combler, et un nouveau système tactique à embrasser, suite au choix de Redknapp de passer à un 3-5-2 très en vogue. Ces changements allaient être  traduit par le remaniement de la défense, avec engagement de Rio Ferdinand, qui a accepté de réduire considérablement son salaire pour venir jouer le prolongement de Redknapp sur le terrain, et de  Steven Caulker, défenseur de 22 ans aux portes de l’équipe nationale. Redknapp allait également profiter de la descente de Cardiff pour leur subtiliser Jordon Mutch, un milieu créatif auteur de 7 buts l’an dernier avec les gallois, pour un montant combiné de 14 millions de Livres. De plus, l’une des bonnes affaires de la saison pourrait bien être l’emprunt de Mauricio Isla, en provenance de la Juventus, pour occuper le poste de wing-back, de ce fameux 3-5-2 que Redknapp souhaite installer en vue de la saison prochaine. Cependant, l’équipe actuelle est encore pas complète, et Adel Taarabt et Loic Rémy (malgré son transfert avorté à Liverpool) pourraient encore suivre Esteban Granero par la porte de sortie, ce qui pousserait les dirigeants à investir encore, avec des négociations avec le milieu Jonathan DeGuzman et l’attaquant Sigthorsson, en provenance de Villareal et de l’Ajax, respectivement.

Caulker et Mutch: 12 buts pour Cardiff à eux deux l'an dernier. (I. Zimbio)

Caulker et Mutch: 12 buts pour Cardiff à eux deux l’an dernier. (I. Zimbio)

Un groupe solide, mais pas encore prêt

 Harry Redknapp l’a évoqué en interview: A quelques jours de la reprise du championnat, l’équipe n’est pas encore prête. La pré-saison a été compliquée, avec le changement de système encore à assimiler, et un groupe pas encore au complet, avec l’espoir d’engager encore trois à quatre joueurs (deux milieux et un attaquants), et l’incertitude liée aux départs possibles de Rémy, Taarabt, et Julio César. Tous ces facteurs pourraient déboucher sur un début de saison difficile, mais les bases sont là pour pouvoir raisonnablement viser le maintien.  En ce qui concerne le système de jeu, l’engagement de l’ancien sélectionneur anglais Glen Hoddle en tant que coach semble un bon pas, lui qui connait bien ce système de jeu, et qui pourrait même reprendre le poste d’entraineur à la fin de la saison, selon les rumeurs.

Mais si l’effectif manque encore de profondeur, et de talent offensif, le noyau de l’équipe est déjà la:

Une défense qui tient la route:

QPR affiche déjà (presque) complet derrière, avec la présence de Ferdinand et Caulker, fraîchement arrivés, mais également de Nedum Onuoha, l’un des meilleurs joueurs de la saison dernière, Redknapp a assuré ses arrières. De plus, les vétérans Richard Dunne et Clint Hill restent disponibles pour couvrir les éventuelles blessures. Si un point faible devait être décelé, il s’agirait probablement des postes de latéraux, en cas de défense à quatre; en effet, si à droite, les Rs peuvent compter sur Isla et Simpson, sur le côté gauche, Traoré n’offre pas toutes les garanties défensives, alors que Hill n’a pas les jambes pour assurer ce poste sur l’ensemble de la saison, et Yun le jeune coréen manque encore d’expérience. Mais dans l’ensemble, les joueurs présents semblent à même de protéger les cages de Robert Green.

Même si son rôle sera réduit cette saison, le capitaine Hill n'en reste pas moins important pour la cohésion du groupe.

Même si son rôle sera réduit cette saison, le capitaine Hill (à droite) n’en reste pas moins important pour la cohésion du groupe. (I. Zimbio)

Verdict:  8/10. QPR devra encaisser peu de goals s’ils veulent se maintenir, et avec les joueurs en place, cela semble réalisable.

Un milieu à densifier:

Pour ce qui est du milieu de terrain, de nombreux facteurs pourraient affecter les performances des londoniens. Si QPR ne manque pas de qualité en ce qui concerne les joueurs de couloir, avec Hoilett, Phillips, Shaun Wright-Phillips, Traoré ou encore Isla pouvant évoluer ailier droit, le milieu central manque un peu d’étoffe. Dans ce sens, si Joey Barton constitue la valeur sûre de l’équipe compte tenu de la saison dernière, et que Mutch pourra amener des ballons dangereux en allant vers l’avant, il manque encore beaucoup de personnel pour assister les deux anglais ci-avants. Faurlin devrait figurer aux côtés de Barton, mais nul ne sait son réel niveau de jeu suite à sa grave blessure au genou, alors que Karl Henry est un joueur utile, mais qui ne peut pas être considéré comme titulaire si QPR veut espérer quelque chose. Et alors que les pistes de Fer (Norwich) et DeGuzman (ex-Swansea) sont explorées, Redknapp aurait fin nez de s’attacher les services d’un milieu récupérateur supplémentaire, afin d’éviter de laisser sa défense trop exposée.

Verdict: 6/10. Le nombre de buts venant du milieu de terrain augmentera avec Mutch et potentiellement deGuzman. Il faudra des acquisitions supplémentaires pour faire le nombre, et mieux protéger la défense.

Toute la pression offensive sur Charlie Austin:

Acheté à Burnley pour 4 million de livres l’année dernière, QPR peut se targuer d’avoir fait l’un des coups de l’été dernier en s’attachant les servies de Charlie Austin. A 25 ans, l’ancien maçon de métier obtient enfin la chance de se prouver au plus haut niveau, et fort de ses 20 buts la saison dernière, il a tout pour réussir dans l’élite. Fort, travailleur, à l’aise dans les airs et doté d’un très bon pied droit, Austin aura la lourde de tâche de mener l’attaque des Rangers. Pour les assister, il faudra signer encore au moins un attaquant, qui pourrait être Kolbeinn Sigthorsson, après la réouverture des négocitations avec l’attaquant Islandais de l’Ajax. Si Loic Rémy devait rester, une association Rémy-Austin pourrait faire merveille, avec la présence de Bobby Zamora pour faire son entrée lors du dernier quart d’heure, pour maltraiter les défenses fatiguées.  Cependant, avec un intérêt possible de Chelsea suite à la blessure de Didier Drogba, Redknapp pourrait bien rouvrir le dossier Troy Deeney (Watford).

Austin devrait pourvoir continuer sur sa lancée et passer la barre des 10 buts en PL. (I: Zimbio)

Austin devrait pourvoir continuer sur sa lancée et passer la barre des 10 buts en PL. (I: Zimbio)

Verdict: 7/10 avec Loic Rémy. 5/10 sans.  QPR est trop dépendant de Charlie Austin, et des renforts seront nécessaires, ainsi que la résolution du feuilleton L. Rémy.

Les compositions possibles,  pour le début de saison:

3-5-2:

GREEN

ONUOHA        FERDINAND        CAULKER

ISLA                   BARTON                    FAURLIN                 TRAORE

MUTCH

REMY (ou une recrue)                 AUSTIN

4-2-3-1

GREEN

SIMPSON       FERDINAND           CAULKER            HILL (C)

BARTON            FAURLIN

PHILLIPS               MUTCH                 HOILETT

AUSTIN

Comme contre Wigan, QPR devra faire de Loftus Road une forteresse (I:Zimbio)

Comme contre Wigan, QPR devra faire de Loftus Road une forteresse (I:Zimbio)

 Ainsi, samedi contre Hull City, déjà dans le rythme grâce à l’Europa League, QPR cherchera a éviter les humiliations enregistrées en ouverture de championnat contre Bolton et Swansea il y a deux et trois ans. Mais même si les Rangers devaient connaitre un départ poussif, cette équipe là possède le caractère et la cohésion qui manquait tant lors de la dernière relégation. L’une des clefs sera probablement de prendre des points à domicile, et contre les concurrents directs, ce qui semble souvent être le problème des londoniens, qui sont souvent plus performants contre les grosses équipes. Et si rien ne sera facile, une ou deux acquisitions intelligentes en plus devrait permettre à Redknapp de monter une équipe, certes talentueuse, mais aussi équilibrée, et qui pourrait bien en surprendre plus d’un.

 @JO_COYRs